BFM Business

Jeep Willys: ce modèle héros de la Deuxième Guerre mondiale devenu une marque à succès

La Jeep Willys, à gauche, et un concept de Wrangler édition anniversaire, à droite.

La Jeep Willys, à gauche, et un concept de Wrangler édition anniversaire, à droite. - Jeep

En ce 75e anniversaire du débarquement en Normandie, retour sur "LA" voiture star de la Libération: la Jeep Willys. De ses origines militaires à sa reconversion réussie dans le "civil", la marque Jeep est aujourd'hui le fleuron du groupe FCA.

C'est sans doute le véhicule léger le plus célèbre de la Seconde Guerre mondiale: la Jeep Willys. Sur les plages de Normandie, où on célèbre ce jeudi le 75e anniversaire du débarquement du 6 juin 1944, elles continuent de parader pour le plus grand plaisir du public.

L'histoire de ce modèle démarre en 1940: l'armée américaine lance un appel d'offres avec un cahier des charges précis. Il réclame la conception d'une voiture capable de transporter quatre personnes et une mitrailleuse avec un pare-brise rabattable. Ce véhicule doit être passe-partout, avec ses quatre-roues motrices, une garde-au-sol de 16 cm et une voie assez étroite de 1,494 mètre. Cette dernière dimension ne tient pas au hasard puisqu'elle permet à la Jeep Willys de rouler sur la plupart des rails, une fois ses pneus démontés. La preuve en images ci-dessous:

Autre demande de l'armée américaine: un poids plume de 590 kg au maximum pour le véhicule à vide, afin de pouvoir être porté à bout de bras par plusieurs hommes. Une exigence impossible à concilier avec les autres demandes du cahier des charges.

C'est finalement l'entreprise Willys-Overland Motor qui décroche le contrat. Mais avec des capacités de production trop limitée, Ford assurera aussi une partie de la production.

Quand au nom de Jeep, plusieurs explications sont avancées: il pourrait s'agir au choix d'une référence à "GP", à prononcer à l'anglaise, pour "General Purpose" (une manière de désigner cette voiture à tout faire), de l'acronyme de "Just Enough Essential Parts" ou encore d'une référence à un personnage du dessin animé Popeye, "Eugene the Jeep", doué de pouvoirs extraordinaires.

Quelle que soit l'origine de son nom, environ 640.000 Jeep Willys seront fabriquées entre 1941 et 1945.

Du modèle à la marque Jeep

Après la guerre, Willys cède sa licence pour produire ce véhicule à différents constructeurs. Le français Hotchkiss assurera par exemple la fabrication du véhicule pour l'armée française jusqu'en 1966.

En reconversion dans le civil, la marque Jeep a été rachetée par Renault dans les années 80 avant de passer sous le contrôle de Chrysler puis de Fiat, via le groupe FCA (Fiat Chrysler Automobile). Jeep représente aujourd'hui un des fleurons du groupe italo-américain: en 2018, elle pesait pour un tiers des ventes mondiales de l'ensemble et affichait une croissance de ses ventes de 17%. Et la marque américaine aurait donc pu recroiser la route de Renault mais ces retrouvailles ne sont plus d'actualité après l'échec des négociations autour d'une fusion entre le groupe français et FCA dans la nuit du 5 au 6 juin.

L'héritage de la Willys toujours présent

Si les SUV qui représentent aujourd'hui la majorité des ventes de Jeep n'ont plus grand chose à voir avec la Willys d'origine, Jeep a su conserver certains codes. Le plus célèbre se trouve sur la calandre qui conserve les 7 ouvertures de son ancêtre. 

Sur son dernier Compass, Jeep avait poussé l'hommage à ce chiffre porte-bonheur à l'extrême en présentant ce modèle un 7 juillet 2017, à 7h07 du soir. Clin d'oeil amusant sur l'écran du véhicule, l'assistance au stationnement représente les autres véhicules sous forme de Jeep Willys.

Mais le véritable héritier de la Willys dans la gamme actuelle, c'est certainement le Wrangler. Surtout dans cette version "75th Salute concept" de 2016. Elle avait été produite à l'occasion du 75e anniversaire de la Willys et reprenait de nombreux détails, de la mythique couleur vert-olive à la roue de secours fixée à l'arrière en passant par l’absence de montant de portière pour grimper plus facilement dans l’habitacle.

Julien Bonnet