BFM Auto

Fini la Citroën C6, Xi Jinping visite Paris en limousine chinoise

Xi Jinping, à son arrivée à l'Elysée ce lundi 25 mars 2019.

Xi Jinping, à son arrivée à l'Elysée ce lundi 25 mars 2019. - AFP LUDOVIC MARIN

Lors de sa visite à Paris ce lundi, Xi Jinping circulait à bord d'une mystérieuse limousine de marque chinoise. Un modèle qu'il avait inauguré l'été dernier en Afrique et qui l'accompagne désormais sur certains de ces voyages. En 2014, c'était à bord d'une Citroën C6 qu'il avait visité la capitale française.

Face à "The New Beast", la limousine de Donald Trump, ou l'Aurus Senat de Vladimir Poutine, le président chinois ne pouvait rester sans réponse. Lors de sa visite à Paris ce lundi 25 mars, on a pu voir Xi Jinping circuler à bord d'une mystérieuse longue berline noire... mais quel est donc ce modèle?

Hongqi, fleuron du constructeur chinois FAW

Il s'agit logiquement d'une voiture chinoise, une Hongqi N501, adaptée pour les besoins du dirigeant du pays le plus peuplé du monde. Ce modèle avait été aperçu pour la première fois en Chine en mai 2018, avant même d'être présent au catalogue de la marque, note le site spécialisé The Drive. Une exclusivité qui n'a pas dû poser beaucoup de problèmes: Hongqi est présentée comme le fleuron du constructeur FAW, détenu par l'Etat chinois.

Comme pour les autres limousines des principaux dirigeants de ce monde, on sait peu de choses sur ce modèle au blindage largement renforcé et qui doit disposer d'un arsenal d'équipements de sécurité et de communication pour réagir en cas d'agression.

Longue de près de 5,5 mètres, la limousine reposerait sur une base d'Audi A6L (la version longue de la berline allemande) et pourrait exploiter un moteur d'origine Toyota: un V8 de 4 litres offrant une puissance de 400 chevaux. Une association qui ne paraît pas improbable, les deux marques, japonaise et allemande, étant des partenaires de FAW pour produire leurs modèles en Chine.

Malgré ses organes pas vraiment chinois, la limousine arbore fièrement des détails rappelant la nationalité de son éminent propriétaire. On peut ainsi noter la présence de deux petits logos en forme de drapeaux rouges de chaque côté du véhicule sur les ailes à l'avant (Hongqi signifie "drapeau rouge" en chinois) et un autre, en bout de capot, surplombant une impressionnante calandre.

Changement de stratégie pour les visites à l'étranger

Ce serait seulement depuis l'été 2018 et sa tournée en Afrique que Xi Jinping aurait pris la décision de prendre sa voiture dans ses bagages lors de ses visites à l'étranger. 

Lors d'un déplacement à Paris en mars 2014, on avait en effet pu voir le président chinois circuler en Citroën C6 dans les rues de la capitale, mise à disposition par les autorités françaises.

De son côté, François Hollande avait eu l'occasion de tester un modèle de la marque Hongqi lors d'un déplacement en Chine en 2013. Le président français était alors monté dans une L9, comme l'indique cet article de RFI. La Chine venait alors de relancer la production de Honqi, pour renouer avec son glorieux passé. La marque est en effet née en 1958 sous la présidence de Mao Zedong et fournissait les voitures de luxe des hauts-cadres du parti communiste.

Julien Bonnet