BFM Business

Ferrari demande à un styliste allemand de retirer des photos d'Instagram jugées de mauvais goût

Ferrari n'apprécie pas les mises en scène du designer allemand qui invoque le droit à publier ce qu'il veut sur son compte personnel

Ferrari n'apprécie pas les mises en scène du designer allemand qui invoque le droit à publier ce qu'il veut sur son compte personnel - Instagram

Le styliste Philipp Plein possède de nombreuses voitures de luxe, dont une Ferrari. Or, la marque n'apprécie pas les mises en scène osées que son client publie sur Instagram et lui a demandé de les retirer du réseau social. L'intéressé refuse et réclame désormais des excuses.

Ferrari ne plaisante pas avec le contrôle de son image. A tel point que la marque au cheval cabré, via un cabinet d'avocats, a envoyé une lettre au styliste allemand Philipp Plein pour lui demander de retirer certains clichés publiés sur Instagram. Des publications dans lesquels la mise en scène de sa 812 Superfast verte n'est pas vraiment du goût de Ferrari.

"Qu'est-ce que vous allez faire?"

Le créateur de mode, qui possède un garage plutôt bien rempli, n'a pas vraiment apprécié cette remontrance et a publié le courrier sur son réseau social préféré. Entourant en rouge l'intention de Ferrari d'aller jusqu'à un procès, Philipp Plein écrit sur son post Instagram:

"Vous me menacez vraiment les gars??? J'ai 48h pour retirer mes publications de ma Ferrari personnelle sur mon compte personnel??? Et si je ne les retire pas, qu'est-ce que vous allez faire??? Venir me prendre ma voiture... hahahahaha."

Dans une autre publication relayant le courrier des avocats de Ferrari, on apprend que la marque reproche notamment au styliste la photo ci-dessous, avec des chaussures de sa marque posées sur sa Ferrari.

"Sur cette image, la marque Ferrari est utilisée à des fins de promotion de votre marque et de vos produits, avec une appropriation illégale de son image positive", peut-on lire.
Instagram
Instagram © Instagram

Mise en scène de "mauvais goût"

Au-delà de ce que Ferrari présente comme de la publicité détournée, la marque reproche plus généralement à Philipp Plein son style, que l'on pourrait qualifier d'exubérant:

"La marque et les modèles Ferrari sont associés dans vos images à un univers sans rapport aucun avec l'image de Ferrari, en présence de mannequins aux poses sexuellement suggestives, mettant en scène les voitures Ferrari avec mauvais goût."

Problème pour Ferrari, le mauvais goût paraît difficilement condamnable. Surtout que ces photos ont bien été postées sur son compte personnel. Le styliste dispose aussi d'un compte officiel où il n'y a, a priori, pas de traces de Ferrari. On retrouve ses fameuses chaussures mais posées sur son Lamborghini Urus

Une erreur de communication?

Pour Ferrari, c'est un peu l'histoire de l'arroseur arrosé. Le styliste a en effet expliqué qu'il entamait une action en justice pour dénoncer ce "comportement non-professionnel".

Philipp Plein réclame également des excuses de la part de l'actuel patron de la marque, Louis C. Camilleri, soulignant que ce dernier aurait dû "réfléchir à deux fois avant de laisser ses avocats envoyer une lettre à un bon client qui a acheté 4 Ferrari toutes neuves au cours des 10 dernières années", dont une en cadeau à sa mère.

La marque pourrait donc finalement regretter cette lettre d'avertissement, qui provoque désormais des réactions violentes sur les réseaux sociaux. Certains commentaires aux posts de Philipp Plein invite en effet le styliste et ses proches à boycotter Ferrari, et de ne plus acheter que des Lamborghini, voire de brûler sa 812 Superfast verte. 

Ce n'est pas la première fois que Ferrari cherche à contrôler son image en imposant sa volonté à ses clients. En 2014, la marque avait notamment reproché à un DJ canadien d'avoir recouvert sa 458 Spider d'un film bleu turquoise faisant apparaître le "Nyan-cat", un mème internet particulièrement célèbre.

Julien Bonnet