BFM Auto

Essai - Nouveau GLC Coupé, ou comment Mercedes profite du segment lucratif des SUV Coupé

Mercedes vient de restyler le GLC Coupé, la déclinaison coupé de son SUV de taille moyenne.

Mercedes vient de restyler le GLC Coupé, la déclinaison coupé de son SUV de taille moyenne. - A. Larigaudrie - BFMTV

La marque à l’étoile ne pouvait y échapper. Son SUV GLC dispose d’une déclinaison Coupé, qui vient de subir une remise à niveau capitale. Le SUV coupé, simple effet de mode ou vraie tendance de fond pour les constructeurs haut de gamme ?

Ne l’appelez plus SUV. Appelez-le SAC, acronyme de "Sport Activity Coupé". Avec quasiment 40% de parts de marché en Europe, le SUV devient un mini-marché en soi, avec ses spécificités, ses contraintes… mais aussi ses effets de mode et de marketing. Et aucun constructeur n’y échappe, il faut désormais avoir dans sa gamme un SUV coupé.

La mode avait été lancée par BMW en 2008 avec son X6. Puis était arrivé le X4 et plus récemment le X2… Mais rapidement tout le monde s’y est mis: Audi avec sa gamme Q Sportback, Porsche avec son Cayenne Coupé… Même Renault réfléchit à introduire en Europe son Arkana, réservé pour le moment au marché russe!

Ce Mercedes GLC Coupé a pour rival le BMW X4  ou encore la gamme  Q Sportback d'Audi.
Ce Mercedes GLC Coupé a pour rival le BMW X4 ou encore la gamme Q Sportback d'Audi. © A. Larigaudrie BFMTV

Mais pourquoi … le GLC Coupé

Tout le monde a besoin de son SAC haut de gamme, et Mercedes suit la tendance. Et ce, malgré un vrai problème pratique de base: le hayon arrière plus plongeant fait reculer le volume de chargement de 200 litres, de 1600 sur le SUV à 1400 sur le GLC Coupé (volume utile total). Ce souci ne semble pas du tout déranger la clientèle, qui semble avoir davantage besoin d’un engin esthétique plutôt!

Malgré la nécessaire réduction du volume du coffre par rapport au SUV classique, la capacité reste tout à fait convenable aux alentours des 400 litres.
Malgré la nécessaire réduction du volume du coffre par rapport au SUV classique, la capacité reste tout à fait convenable aux alentours des 400 litres. © A. Larigaudrie - BFMTV
"Clairement il est question de ne pas se laisser distancer, dit-on en interne chez Mercedes. Aussi étonnant que cela puisse paraître, le phénomène est loin d’être anecdotique. Le Coupé représente 30% des ventes de la gamme GLC sur le marché français".

Un véritable enjeu donc, pour une gamme qui a généré un peu plus 100.000 ventes en Europe en 2019. Et grâce à cela, le Mercedes GLC Coupé s’y vend mieux que son concurrent direct, le X4 de BMW, le constructeur qui a initié cette tendance!

Au volant, une vraie Mercedes… à la sobriété relative

Force et de constater: la silhouette du GLC 300 Coupé arrive à être élégante, malgré un cahier des charges qui aurait dû faire ressembler l’engin à une berline à hayon campée sur de grosses roues de 19 pouces… La finition AMG Line de notre modèle d'essai ajoute quelques détails sportifs ce qui allège le design de l’ensemble.

Le moteur de ce modèle, un bloc quatre cylindres essence de 2 litres, dispose d’un turbo, ainsi que d’une micro-hybridation avec alternateur et batterie de 48 volts, qui lui donnent une puissance très confortable. 272 chevaux cumulés, un couple maximum de 520 Nm, largement de quoi faire bondir l’engin d’1,8 tonne, qui ne mettra que 6,1 secondes pour aller de 0 à 100km/h… malgré une sonorité rappelant plutôt un diesel.

Mais ce groupe propulseur permet d’obtenir des émissions CO2 relativement basses pour ce type d’engin, à 183g grammes de CO2 par kilomètre (normes WLTP), en limitant la consommation à un peu plus de 8 litres aux 100 kilomètres. Bien loin des plus mélodieux, mais bien plus polluants comme les V6 et V8.

Le châssis est plutôt dynamique, avec le confort et la sécurité de la transmission intégrale 4Matic. La direction se montre à la fois légère et précise compte tenu du gabarit de l’engin. L’intérieur est totalement conforme à ce qu’on attend d’une Mercedes, avec un design extrêmement soigné et une impression de qualité de premier ordre, dans une ambiance plus high-tech que cossue à outrance.

La direction se montre à la fois légère et précise compte tenu du gabarit de ce SUV imposant.
La direction se montre à la fois légère et précise compte tenu du gabarit de ce SUV imposant. © A. Larigaudrie - BFMTV

Les SAC, une espèce en danger?

Reste la question industrielle. L’émergence et l’intérêt commercial de ces SAC se justifie-il encore économiquement? La croissance automobile de ces dix dernières années, et la technique du partage de plates-formes, ont accouché d’une foultitude de carrosseries et de configurations différentes, alors que la personnalisation garantissait à l’époque la plus-value maximale sur chaque modèle vendu.

Mais l’heure est à une révolution totale dans l’industrie automobile, avec des constructeurs qui ont besoin coûte que coûte d’économiser leurs munitions pour l’électrification et les technologies du futur. Des telles gammes foisonnantes sont-elles encore tenables? BMW a promis un grand ménage à ce sujet, tout comme Renault dernièrement. Les SAC, ces SUV coupés si à la mode, sont-ils désormais menacés par la rationalisation de l’offre à marche forcée, malgré leur part élevée dans la gamme?

Le Mercedes GLC Coupé se vend plus que son concurrent direct, le BMW X4.
Le Mercedes GLC Coupé se vend plus que son concurrent direct, le BMW X4. © A. Larigaudrie - BFMTV

La voie de l’électrification

Mercedes ne veut cependant pas enterrer trop rapidement ces modèles aux marges importantes.

"Mercedes peut et doit en profiter, explique un porte-parole du constructeur. L’automobile du futur sera électrique qu’on le veuille ou non. Et le consommateur veut des SUV. L’architecture SAC a des vertus aérodynamiques très intéressantes en vue d’une électrification, que ce soit pour des futurs modèles 100% électriques ou hybrides rechargeables. Ce qui paraît comme une singularité dont on peut se passer, peut au contraire devenir un atout! A l’heure du choix il faudra donc faire preuve de discernement".

Le Sport Activity Coupé, de simple variante atypique, pourrait donc incarner l’avenir de ce segment des SUV premium. Avec de plus en plus d’électricité à la clé, condition de survie indispensable.

Notre modèle à l’essai: Mercedes GLC 300 Coupé 4Matic AMG Line au tarif de 63.150 euros
Antoine Larigaudrie