BFM Business

Essai - Ferrari GTC4 Lusso, la Twingo surpuissante

Prendre le volant d'une Ferrari n'a rien d'anodin, mais avec la GTC4 Lusso, tout paraît simple et évident. Avec 690 chevaux, entre confort et belles accélérations, ce coupé 2+2 se vit bien comme voiture du quotidien.

Avec son long capot effilé, interminable même, ses 2 mètres de large, le rugissement de son V12, au premier coup d'œil, la GTC4 Lusso se présente comme toutes les Ferrari: impressionnante. Mais pas uniquement. Sous ses abords de pur-sang se cache un compagnon idéal aussi bien en ville que sur route, entre côté pratique et accélérations au cordeau.

Ferrari n'a pas encore cédé aux charmes du SUV. Pour combler ceux qui ne veulent pas qu'une sportive, la marque italienne a créé ce coupé 2+2 au look de break de chasse.
Ferrari n'a pas encore cédé aux charmes du SUV. Pour combler ceux qui ne veulent pas qu'une sportive, la marque italienne a créé ce coupé 2+2 au look de break de chasse. © DP

Mais pourquoi… la GTC4 Lusso?

Une Ferrari à 4 places? A 4 roues motrices? Avec un moteur à l’avant? Et puis quoi encore! Pourquoi pas un grand écran tactile? Justement… La GTC4 Lusso veut concilier deux mondes: celui de Ferrari, la sportivité, les sensations au volant, les sonorités, et celui d'une voiture de tous les jours, pratique avant tout. Pour comprendre ce compromis, flash-back en 2011. Ferrari dévoile la FF, sa première familiale depuis les 330 GT 2+2 des années 60. Et surtout sa première 4 roues motrices.

Les dimensions de la Lusso la place au niveau de la Porsche Panamera (ou d'une BMW Série 7 pour la longueur): 4,95 mètres de long pour 1,98 mètre de large et 1,38 mètre de haut..
Les dimensions de la Lusso la place au niveau de la Porsche Panamera (ou d'une BMW Série 7 pour la longueur): 4,95 mètres de long pour 1,98 mètre de large et 1,38 mètre de haut.. © JB

Sous l’impulsion du groupe Fiat, le constructeur italien reprend en effet la stratégie d’autres constructeurs de voitures de sport: proposer à côté de sa gamme de sportive, des modèles plus grand public (en termes de prix mais surtout de prestation). C'est le cas de la FF, estampillée "familiale" de la marque au cheval cabré. Avec des faux airs de break de chasse, un V12, la première 4 places de Ferrari depuis quelques lustres a essuyé pas mal de critiques, mais… s’est tout de même vendue à 3.000 exemplaires.

La GTC4 Lusso reprend les codes stylistiques de Ferrari, avec la large grille de calandre, les feux effilés, ou encore le cheval cabré sur la calandre.
La GTC4 Lusso reprend les codes stylistiques de Ferrari, avec la large grille de calandre, les feux effilés, ou encore le cheval cabré sur la calandre. © DP

Présentée au printemps 2016, la GTC4 Lusso reprend la base de la FF, et la remplace. Ferrari a cependant changé certains détails stylistiques, avec une ligne de toit un peu plus tombante, façon coupé à l’arrière, et quatre feux ronds à l’arrière, comme sur feu la F430, au début des années 2010.

Ferrari a également augmenté la puissance du V12, qui passe de 660 à 690 chevaux, et retravaillé l’efficacité de la seule quatre-roues motrices de sa gamme (tant que Ferrari ne se lancera pas comme tous ces concurrents dans le SUV). La recette semble avoir payé. Cette année, première année pleine de sa commercialisation, il faut attendre pratiquement une année pour prendre livraison de sa Lusso.

"Nos revenus, aussi bien pour les ventes de voitures neuves que pour les pièces, ont grimpé de 12,7% au 3e trimestre, soutenus par les volumes importants et les mix positifs conduits entre autres par la 488 et la GTC4 Lusso", écrivait Ferrari fin octobre.

Ce petit écusson sur le côté est facturé 1.320 euros.
Ce petit écusson sur le côté est facturé 1.320 euros. © JB

Au volant

"C'est la Ferrari la plus simple à conduire", nous ont martelé des spécialistes de la marque au cheval cabré. Ils avaient raison. Une fois passé le frisson lors du premier effleurement du bouton rouge, en bas à gauche du volant Engine Start Stop, et le rugissement qui s’en suit, la GTC4 Lusso se montrerait presque trop silencieuse.

Grâce au magnetino, ce petit sélecteur de l’autre côté du volant, le monstre d’un peu plus de 5 mètres peut évoluer en mode "Comfort" toute en douceur. Une véritable Twingo dans les rues parisiennes ou sur les bretelles d’insertion du périphérique.

  • Les quatre roues motrices aident aussi beaucoup pour l’agrément de conduite de cette GTC4 Lusso, car elles sont aussi directrices. Elles braquent dans le sens des roues arrière à basse vitesse, et dans le sens inverse, à vitesse plus élevée. Si le tunnel de transmission entre le V12 a l’avant et les roues arrière prend beaucoup de place dans l’habitacle, le passage des rapports se fait surtout sentir à basse vitesse.

En automatique, le grand coupé gère tout lui-même. Pour passer en mode Drive, il suffit de mettre un coup de palette droite et la voiture gère... à d’ailleurs très bas régime. À 55 km/h, la GTC4 Lusso se place déjà en 7e.

Sous le capot, le moteur V12 6.262 cm3 affiche 690 chevaux. Consommation officielle: 15,3 litres aux 100.
Sous le capot, le moteur V12 6.262 cm3 affiche 690 chevaux. Consommation officielle: 15,3 litres aux 100. © JB

Bien entendu, dès qu’elle passe en mode Sport grâce au magnetino, elle se fait plus brutale, mais toujours en maniabilité. L’occasion est surtout donnée de jouer avec les palettes, toujours sans effrayer le client. Comme la FF, la GTC4 Lusso conserve l’objectif de rajeunir la clientèle de la marque, qui tourne plutôt autour de 50 ou 55 ans en moyenne. Elle doit donc donner envie d’acquérir d’autres Ferrari, même si, à 266.000 euros minimum, elle reste l’un des modèles les plus onéreux de Ferrari (hors hypercar). Face à des rivales comme une Porsche Panamera, la GTC4 Lusso se montre bien équipée (voir ci-dessous "LE" truc en plus), à condition d’y mettre le prix. Beaucoup d’éléments sont en effet en options (voir ci-dessous "LE" chiffre).

Grand écran tactile, ports USB, système de connectivité CarPlay, Ferrari joue la carte de la modernité dans sa familiale.
Grand écran tactile, ports USB, système de connectivité CarPlay, Ferrari joue la carte de la modernité dans sa familiale. © JB

"LE" truc en plus: la connectivité

Deux ports USB à l’avant (CarPlay et classique), deux autres à l’arrière, une dalle numérique sur les côtés du compteur qui reste heureusement analogique et surtout deux écrans tactiles, la GTC4 Lusso rivalise avec les modèles haut de gamme allemands. L’écran tactile principal de 10,25 pouces, au centre de la planche de bord, est très intuitif et dispose d'une définition féerique (le déclenchement de la caméra de recul donne l'impression de regarder un film en HD). Et on notera aussi la présence de CarPlay, (3.000 euros en option) de quoi profiter du fidèle assistant Siri dans sa Ferrari. 

Le truc en plus du truc en plus, c’est l’écran face au passager à l’avant. Certes, onéreux en option (4.200 euros environ), il permet au passager de gérer en vrai co-pilote la musique, la navigation, sans avoir à se contorsionner vers le cockpit du conducteur. Et même s’il n’est pas au volant, l’un des menus lui permet de suivre les performances, la vitesse ou encore le fonctionnement de la boite. 

Cet écran tactile permet au passager de jouer pleinement son rôle de copilote.
Cet écran tactile permet au passager de jouer pleinement son rôle de copilote. © JB

"LE" chiffre: 14.400

C’est, en euros, le prix du toit panoramique en verre de la GTC4 Lusso. Comme souvent chez les constructeurs de luxe, tout se monnaye. D’un tarif de base à 266.196 euros, notre modèle à l’essai dépasse les 300.000 euros. Les écussons Ferrari sur les flancs avant ajoutent 1.320 euros à la facture, les étriers de freins bleu (comme la sellerie intérieure) 1.080 euros, le revêtement en cuir du coffre 2.240 euros ou les "Cavallino" brodés sur les appuie-tête 1.560 euros. Heureusement que nous n’avions pas demandé les ceintures colorées à 960 euros ou le kit fumeur à… 447 euros!

De série, les équipements sont tout de même nombreux. La GTC4 Lusso dispose ainsi des capteurs de parking avant et arrière, des freins carbone céramique, de l’allumage automatique des phares, du différentiel électronique ou encore de la climatisation automatique et de l’écran tactile, comme du volant multifonctions ou de l’ouverture électrique du coffre. En customisant un peu cette configuration de base, presque 100.000 euros s’ajoutent très rapidement à la facture initiale… Ou quand le tarif monte aussi vite que le compte-tour d'une Ferrari!

Mais au fait, pourquoi la GTC4 Lusso? "GTC", c'est pour Gran Turismo Concept, "4" pour 4 places et "Lusso" comme une finition Luxe.
Mais au fait, pourquoi la GTC4 Lusso? "GTC", c'est pour Gran Turismo Concept, "4" pour 4 places et "Lusso" comme une finition Luxe. © JB

Notre modèle à l’essai: Ferrari GTC4 Lusso avec moteur V12 6.262 cm3 de 690 chevaux et 697Nm de couple, dans une seule finition.

Retrouvez notre Facebook Live pour découvrir cette GTC4 Lusso en vidéo (avec, bien sûr, le doux son du V12):
Pauline Ducamp