BFM Auto

Essai - BMW X2, future star des X?

Le X2 joue la carte du design pour séduire un public plus jeune.

Le X2 joue la carte du design pour séduire un public plus jeune. - JB

En pleine croissance exponentielle du marché des SUV, BMW complète sa gamme X avec un numéro complémentaire: le 2. Mais contrairement au X6 pour le X5 et au X4 pour le X3, le X2 se veut plus qu'une déclinaison coupé-sport du X1.

Si le X2 représente le sixième et dernier membre de la famille des SUV BMW, il compte déjà de nombreux cousins à travers le monde. Depuis 1999 et le lancement du X5, ce sont pas moins de 5,4 millions de modèles 'X' (l'appellation officielle de ces 4x4 avant tout urbains chez BMW) qui ont été écoulés par la marque bavaroise à travers le monde. Un succès que l'on peut comparer à celui de la gamme Q de son compatriote Audi, ou à d'autres marques sportives, comme Porsche, où les Macan et Cayenne pèsent pour 60% des ventes.

Pour dévoiler le X2, BMW a choisi la municipalité de Santiago do Cacém (Portugal), dans l'arrière pays lisboète.
Pour dévoiler le X2, BMW a choisi la municipalité de Santiago do Cacém (Portugal), dans l'arrière pays lisboète. © JB

Mais pourquoi le BMW X2?

Parce qu'il ne manquait plus que lui, en attendant le prochain géant X7. Dévoilé sous la forme d'un concept au Mondial de Paris en 2016, le X2 est présenté dans sa version définitive en fin d'année dernière. Et bonne surprise, le modèle de série conserve la plupart des atouts design du prototype. Si BMW présente les autres nombres pairs de sa gamme, les X4 et X6, comme les déclinaisons "coupé" des X3 et X5, ce X2 se révèle côté design plus proche d'une Série 1 surélevée que d'un X1 rabaissée. BMW insiste d'ailleurs sur la distinction avec son petit-frère dans la gamme. Trois éléments seulement sont communs entre X1 et X2: les poignées de porte, les rétroviseurs et l'antenne GPS.

S'il est bien taillé pour la ville, le X2 conserve des capacités offroad, surtout dans cette version dotée de la transmission intégrale X-Drive.
S'il est bien taillé pour la ville, le X2 conserve des capacités offroad, surtout dans cette version dotée de la transmission intégrale X-Drive. © JB

Ce nouveau modèle doit en tout cas permettre à BMW de continuer sur sa bonne forme du moment. En 2017, ses ventes ont progressé de 4,2%, à 2,09 millions d'unités, et les SUV y ont pesé pour plus d'un tiers. La gamme X porte ainsi largement la croissance de la marque à l'hélice en affichant une progression de 9,6% l'an dernier. Ce X2 doit donc se tailler une place face à des concurrents premium comme le Mercedes GLA, le Jaguar E-Pace, ou encore le Volvo XC40, fraîchement élu voiture de l'année à Genève. Et quand on sait que le X1 s'est imposé comme le best-seller de BMW dans le monde (286.661 unités, en hausse de 30%) et en France (12.090 unités, +22,2%), cette version "sexy" a toutes les chances de faire mouche auprès du public.

La face avant adopte la forme inversée du double haricots, plus large à sa base.
La face avant adopte la forme inversée du double haricots, plus large à sa base. © JB

Au volant

Dès le premier coup d'oeil, le X2 fait bonne impression. Ce n'est pas pour rien si le SUV a récemment terminé deuxième derrière l'Alpine A110 à l'élection de la plus belle voiture de l'année. Même si le véhicule en impose, notamment avec sa calandre adoptant le double haricot à la forme inversée avec une base plus large et des phares qui donnent une impression de sourcils froncés, la silhouette reste gracieuse. Un sentiment confirmé à l'arrière, avec un dessin qui fait mouche. Pour des raisons d'habitabilité, BMW ne pouvait pas vraiment lui donner une allure de coupé, mais le compromis trouvé devrait séduire un public qui fait du design son critère d'achat numéro un.

C'est d'ailleurs le raisonnement que tient BMW: plus bas qu'un X1 (1,53 m contre 1,60 m) et plus court (4,36 m contre 4,44 m) mais tout aussi large (1,82 m) et avec le même empattement (2,67 m), le X2 adopte une forme plus dynamique. Logiquement, on perd un peu en volume de coffre avec entre 470 et 1355 litres selon les configurations (contre 505-1505 pour le X1), ce véhicule vise plutôt les couples sans enfant et les actifs urbains même s'il reste compatible avec un usage familial, avec notamment un bon espace général au niveau de places arrière.

Plus proche du sol que le X1, ce X2 adopte une silhouette plus sportive.
Plus proche du sol que le X1, ce X2 adopte une silhouette plus sportive. © JB

Notre première version d'essai était la xDrive20d, le diesel 190 ch en transmission intégrale, qui a le mérite pour cette puissance de limiter son malus 2018 à 140 euros (126 g/km CO2). Soit pratiquement rien quand on sait que cette version démarre à 43.600 euros et que nos différentes options et personnalisations font grimper la facture à 60.440 euros (à configuration équivalente, il faut compter en moyenne 1500 euros de plus que pour un X1).

Côtés couleurs, ce premier modèle d'essai jouait d'ailleurs un double jeu: discret à l'extérieur avec un joli "Mineralgrau" ("gris minéral") et flamboyant à l'intérieur avec une dominante "Magmarot" ("rouge magma") qui réveille sans se montrer trop dérangeante. A voir toutefois si, au quotidien, cette finition ne se montre pas trop exubérante.

Côté conduite, on distingue assez rapidement le côté sportif de ce X2. Le diesel offre une bonne réactivité, la position de conduite comme le centre de gravité également plus proches du sol donnent de bonnes sensations au volant. La tenue de route se révèle impeccable, notre X2 se retrouvait ainsi sur un rail malgré les routes largement détrempées lors de notre essai sur les routes autour de Lisbonne, au Portugal.

La finition "Magmarot" réveille instantanément le conducteur!
La finition "Magmarot" réveille instantanément le conducteur! © JB

Un comportement qui restait très sain sur notre deuxième motorisation, la sDrive20i de 192 ch, l'essence en traction. Avec la puissance uniquement envoyée aux roues avant, le véhicule se montre plus plaisant à conduire avec des reprises plus incisives. Egalement équipé de la boite de vitesse automatique à 8 rapports, mais cette fois dans sa version sport, on profite en plus d'une meilleure réactivité et des palettes au volant, toujours un plus quand on passe à une conduite plus sportive. Avec notamment des jantes 19 pouces, contre 20 pouces pour notre première version, ce deuxième modèle apportait tout de même un peu plus de confort, sachant que les suspensions restent toujours assez fermes sur toutes les versions pour rester dans cet ADN typé sport.

En plus de changer de motorisation, nous avons également inversé notre personnalisation design: on gagne en originalité avec le jaune "Galvanic Gold", la couleur de lancement, à l'extérieur, et un plus reposant gris foncé avec de légères touches jaunes à l'intérieur. La qualité de finition reste impeccable. 

Concernant les équipements, ce X2 coche bien toutes les cases du premium, avec des réglages de sièges électriques allant jusqu'au soutien lombaire et latéral. L'affichage tête haute (dans le pack "connected drive" à 2.100 euros) avec projection directement sur le pare-brise vaut l'investissement avec une qualité d'affichage impressionnante. L'ordinateur de bord se montre très réactif et à l'utilisation intuitive. On regrettera juste de ne pas trouver le duo Android Auto/Carplay de série (même si la bonne qualité de l'interface-maison de BMW peut clairement faire l'affaire) et un léger manque de ports USB. La recharge à induction disponible dans l'accoudoir central permet toutefois de compenser un besoin de recharger plusieurs appareils en même temps, faut-il pour cela disposer d'un téléphone compatible.

Après l'intérieur orange de notre première version d'essai, l'alcantara noir s'est révélé tout de même plus reposant pour les yeux.
Après l'intérieur orange de notre première version d'essai, l'alcantara noir s'est révélé tout de même plus reposant pour les yeux. © BMW

"LE" truc en plus: une clé qui connaît vos habitudes

Si la clé du X2 (le terme télécommande serait sans doute plus approprié vu qu'il s'agit d'une clé mains libres) ne ressemble pas à un smartphone comme sur la Série 7, elle intègre tout de même une certaine dose d'intelligence. Si vous avez opté pour les réglages électriques du siège, elle pourra reconnaître l'utilisateur en fonction de la clé utilisée. Prenons l'exemple d'un couple propriétaire de ce X2: madame retrouvera ainsi ses réglages de siège et des rétroviseurs en utilisant sa clé, mais aussi la dernière station de radio à l'écoute. Plutôt pratique pour une bonne cohabitation automobile... même si toutes ces consommations électriques dès le démarrage commencent à être pointées du doigt comme l'origine de nombreuses pannes de batterie sur les véhicules modernes.

Avec des badges sur les montants de custode, le logo est présent 8 fois au total sur ce X2
Avec des badges sur les montants de custode, le logo est présent 8 fois au total sur ce X2 © BMW

"LE" chiffre: 8

C'est le nombre de logos BMW qu'on peut observer à l'extérieur de ce nouveau X: au-dessus de la calandre et sur le coffre, sur les 4 roues et les fameux logos latéraux, hommage à de célèbres coupés de la marque comme la 3.0 CSL. Si on ajoute les 2 logos M de notre finition "M sport" (qui ajoute de nombreux détails stylistiques à l'intérieur comme à l'extérieur) et un logo à l'hélice supplémentaire sur le volant, on passe même à 11 références au total à la marque bavaroise.

De quoi afficher clairement sa fierté de rouler en BMW. Sachant que comme pour le X1 et pour seul monospace de la gamme, le Série 2 Active Tourer, ce X2 se destine à être un outil de conquête, on peut y voir une volonté de faire entrer directement ces nouveaux clients dans l'univers BMW... et de définitivement les convertir!

Et si on ajoute les logos de notre finition M Sport, on passe à 10 références à BMW sur la carrosserie !
Et si on ajoute les logos de notre finition M Sport, on passe à 10 références à BMW sur la carrosserie ! © JB

Nos modèles d'essai: BMW X2 xDrive20d 190 chevaux (60.440 euros avec options) et sDrive20i 192 ch (56.420 euros).

Julien Bonnet