BFM Business

Essai AMG GT 4 portes, la belle et la bête

Cette berline aux airs de faux coupé est le troisième modèle sorti sous la griffe AMG, après la SLS (2010) et l’AMG GT (2014).

Cette berline aux airs de faux coupé est le troisième modèle sorti sous la griffe AMG, après la SLS (2010) et l’AMG GT (2014). - BFMTV

Troisième modèle lancé sous la griffe AMG, après la SLS en 2010 et l’AMG GT en 2014, cette berline 4 portes affiche une efficacité redoutable sur route, comme dans son look, résolument intimidant.

"C'est une familiale, mais elle est conçue pour les parents qui aiment la performance", avait résumé Dieter Zetsche, le PDG de Daimler, au dernier salon de Genève. La division sport de Mercedes, AMG, propose depuis cet autonome ce troisième modèle 100% maison, la GT 4 portes, avec d’un côté 639 chevaux, de l’autre 351 litres de coffre. Le tout pour ne pas avoir à choisir entre la grande berline et le coupé sport, entre la voiture du quotidien et celle des week-ends.

Longue de 5 mètres, l'AMG GT reprend la plateforme de la CLS, autre berline sportive de la marque à l'étoile.
Longue de 5 mètres, l'AMG GT reprend la plateforme de la CLS, autre berline sportive de la marque à l'étoile. © BFMTV

Mais pourquoi l’AMG GT 4 portes ?

Concilier vie de famille et talent sportif, c’est donc ce que propose AMG, avec sa GT 4 portes. Créée en 1967, AMG signifie Aufrecht Melcher Grossaspach, du nom de l’ingénieur de Mercedes qui a créé la griffe, du financier de l’affaire et de la ville natale de Hans-Werner Aufrecht. Mais depuis le début de la décennie, AMG a pris une autre dimension. Mercedes met en avant AMG non seulement comme une finition sport sur sa gamme, mais surtout comme une griffe à part entière, créant ses propres modèles sportifs. Après la SLS AMG en 2010, l’AMG GT en 2014, l’AMG GT 4 portes est donc le 3e modèle maison.

L'AMG GT se décline dans un look très sportif, avec une carrosserie gris graphite mat, des freins céramique reconnaissables aux étriers couleurs or, et des jantes 21 pouces.
L'AMG GT se décline dans un look très sportif, avec une carrosserie gris graphite mat, des freins céramique reconnaissables aux étriers couleurs or, et des jantes 21 pouces. © BFMTV

Une fois sorti, l’aileron appuie encore plus ce design fort, autant que la stabilité de la berline. Le choix des couleurs de carrosserie et des intérieurs permet de jouer sur les deux facettes de l’AMG GT. Le bleu nuit adoucit son look agressif, le noir mat lui rend hommage. Cette AMG GT ne doit en effet pas se confondre avec le coupé CLS, dont elle partage la plateforme. L’AMG GT serait comme un loup qui daignerait parfois porter un masque d’agneau. Parfois seulement.

Sous le capot, Mercedes reprend le V8 biturbo des AMG GT coupé, mais il est ici poussé à 639 chevaux dans cette version S. L'appellation "4MATIC+" indique une transmission intégrale, mais variable, selon les besoins.
Sous le capot, Mercedes reprend le V8 biturbo des AMG GT coupé, mais il est ici poussé à 639 chevaux dans cette version S. L'appellation "4MATIC+" indique une transmission intégrale, mais variable, selon les besoins. © BFMTV

Au volant

La simple pression du bouton de démarrage procure des frissons, grâce au V8. Mais ce n’est rien par rapport à ce qu’on ressent sur la route. La Mercedes AMG GT 4 se révèle une machine d'une efficacité redoutable. Le V8 4 litres réagit à la seconde, enfin, plutôt à la milliseconde, grâce à la boîte AMG Speedshift 9 rapports.

Cette boîte dispose d’un embrayage humide, ce qui autorise un passage plus rapide de la puissance aux quatre roues motrices. La boîte de transfert accolée à la boîte de vitesse assure la répartition de la puissance entre les roues, pour une adhérence maximale sur la route, dont nous reparlerons plus bas. AMG a aussi imaginé cette boîte très légère, placée juste derrière le moteur. Résultat: l’AMG GT accélère plus vite que bien des sportives, comme une Porsche 911 Carrera, pour atteindre un 0 à 100 km/h en 3,2 secondes.

Si en mode "Comfort", la puissance est déjà très vite mobilisable, en mode Sport +, c’est une toute autre voiture qui se trouve entre nos mains. Une véritable sportive, particulièrement aidée par la transmission intégrale dans les accélérations. Mais c’est surtout dans la tenue de route que cette AMG GT ne semble pas pouvoir être prise en défaut. Son poids (2045 kg tout de même) se fait alors oublier. Elle semble scotchée à la route, reste assez stable dans les virages, à peine l’avant fait-il mine de bouger lors d’une accélération puissante. 

Les 5,05 mètres de long et 2,045 tonnes de l'AMG GT 4 se font rapidement oublier sur route.
Les 5,05 mètres de long et 2,045 tonnes de l'AMG GT 4 se font rapidement oublier sur route. © BFMTV

Cette stabilité vient notamment d’une crémaillère de direction électrique, au calculateur très rapide, mais aussi des roues directrices (de série sur la déclinaison V8). On se dit d’ailleurs que, vu la taille de la berline, le V8 reste un pré-requis pour tirer parti de tous les atouts de ce modèle. L’aileron enfin apporte un véritable plus, puisqu’il varie selon la vitesse de la voiture, apportant un appui aérodynamique non négligeable à plus haute vitesse. Il renforce également le look agressif de la berline.

Sur les versions encore plus typées sport, AMG propose des freins en carbone céramique, diablement mordants, et des sièges sport. Ce qui donne une voiture assez dure, mais où la sécurité apparaît maximale. Les freins céramiques chauffent en effet beaucoup moins que des freins classiques, ils conservent alors en permanence leur efficacité. Le revers de cette technologie bien rodée c’est sa consommation: 22,5 litres aux 100 km lors de notre essai (souvent en mode Sport + il faut dire). En mode Eco et Comfort, quatre des huit cylindres sont déconnectés. La consommation officielle annoncée par Mercedes tombe alors à 11,3 litres aux 100.

L'AMG GT reprend le grand écran digital des Classes A, E, S, à la place des compteurs des AMG GT coupés. La console centrale s'inspire des V8, avec 4 boutons de chaque côté, comme les 4 cylindres.
L'AMG GT reprend le grand écran digital des Classes A, E, S, à la place des compteurs des AMG GT coupés. La console centrale s'inspire des V8, avec 4 boutons de chaque côté, comme les 4 cylindres. © BFMTV

"LE" truc en plus: un nouveau poste de pilotage

Mercedes poursuit le renouvellement de son poste de conduite, suivant la tendance au minimalisme qui prévaut chez tous les constructeurs. L’AMG GT se part ainsi du grand écran, déjà vu sur les Classe A, E et S. Il commence derrière le volant pour finir au centre de la planche de bord. Quelques boutons au niveau du vide-poche comme sur la console centrale permettent d’accéder aux commandes essentielles (climatisation, navigation).

Sur la console, Mercedes a voulu rappeler un V8 avec quatre boutons de part et d’autre. Le passage en mode manuel s’effectue ainsi en appuyant sur un simple bouton. Le sélecteur a aussi été déporté sur la console, ce qui le rend très accessible. Trois boutons séduisent particulièrement. Le parking se matérialise par un simple bouton "P", facile à enclencher, exit les manettes à tirer. Sur le volant, deux petits carrés noirs brillants laissent accéder aux menus que l’on veut voir afficher derrière le volant. Il suffit d’appuyer pour sélectionner les informations à mettre en avant. Enfin, toujours sur le volant, le Drive Select se matérialise sous la forme d’une molette noire, en bas à droite du volant. À chaque cran il sélectionne un mode de conduite, de Comfort à Race.

Le volant adopte deux nouvelles molettes en bas sous les branches centrales, dont une comme sélecteur de mode.
Le volant adopte deux nouvelles molettes en bas sous les branches centrales, dont une comme sélecteur de mode. © BFMTV

"LE" chiffre : 215.950

C’est en euros le prix à payer pour cette AMG GT 63S, dans la configuration sportive que nous avons essayée. Ce modèle fait clairement partie des plus exclusifs de la marque allemande. Avec un six-cylindres, l’AMG GT débute en effet à 103.000 euros. Pour une version avec un V8, l’addition minimale débute à 170.500 euros. Les 45.450 euros d’option prennent notamment en compte le pack carbone extérieur (4.450 euros), le système de freinage céramique (8.350 euros) ou encore les sièges performance AMG (2.350 euros).

>>> Nos modèles à l’essai: Mercedes AMG GT 63S 4MATIC+ typée performance à 215.950 euros (coloris gris graphite Magno Designo) et Mercedes AMG GT 63S 4MATIC+ typée confort à 193.500 euros (coloris bleu brillant métallisé, en photo)
La version 63S chapeaute la gamme, qui compte également une version 63, une 53 et une 43.
La version 63S chapeaute la gamme, qui compte également une version 63, une 53 et une 43. © BFMTV
Pauline Ducamp