BFM Business

En voiture, les deux tiers des enfants sont mal attachés

Selon une étude de l’association Prévention Routière, et du fabricant de sièges auto Bébé Confort, les deux tiers des enfants en France ne sont toujours pas, ou sont mal, attachés.

Deux tiers de enfants de moins de 10 ans sont mal attachés en France. Selon la dernière étude de la Prévention Routière, réalisée en partenariat avec le fabricant de sièges auto Bébé Confort, seulement 36% des enfants sont correctement attachés en voiture. Quand ils sont attachés. En effet, cette étude montre 8% des enfants ne portent ni ceinture, ni harnais lorsqu’ils sont en voiture.

Quand les enfants sont attachés, ils le sont souvent mal. La ceinture de sécurité passe sous les bras, ou le siège auto est mal fixé au véhicule. En cas de choc, le siège ne retient alors pas l’enfant. Les parents abandonnent aussi trop rapidement le réhausseur. Or, ce siège auto ne doit pas être abandonné en fonction de l’âge de l’enfant, mais en fonction de sa taille et de son poids. Lorsqu’il mesure entre 1,35 et 1,50 mètre, il est conseillé d’installer son enfant dans un réhausseur, en particulier s’il pèse moins de 36kg. Un enfant jusqu’à 10 ans peut donc être installé dans un réhausseur.

"Dès l’âge de 5 ans, un quart des enfants n’a plus son réhausseur, nous explique Christophe Ramond, de l’association Prévention Routière. Jusqu’à l’âge de 10 ans, il y a un risque qu’il glisse sous la ceinture et soit blessé au ventre en cas de choc".

Autre conseil donné par la Prévention Routière: mieux vaut installer son enfant dos à la route, jusqu’à l’âge de 15 mois minimum, voir jusqu’à 4 ans. Cela évite ainsi que la tête de l’enfant soit projetée en avant en cas de choc.

6% des tués sur la route en 2018 étaient des enfants de 0 à 17 ans, un chiffre en chute constante depuis 2010 (-35%). La moitié des jeunes tués étaient passagers d’une voiture. Le bilan 2017 de la Sécurité routière souligne que les deux tiers des décès ont lieu lors de trajet pour les loisirs. Pendant les mois d’été, la mortalité des 0 à 17 ans est multipliée par deux.

Pauline Ducamp