BFM Business

En huit ans, 5% des Franciliens ont abandonné la voiture pour leurs trajets quotidiens

-

- - François Guillot - AFP

Entre 2010 et 2018, le nombre de déplacements en voiture en Ile-de-France a baissé de 5%.

Les Franciliens sont de moins en moins nombreux à prendre leur voiture pour se déplacer selon une nouvelle étude, l’Enquête Globale Transport, commandée par Ile-de-France Mobilités, l’autorité organisatrice des transports dans la région, dévoilée ce mercredi. 

L'usage de la voiture en baisse de 5%

Les premiers résultats de cette étude portent sur 7000 habitants de la région, interrogés entre 2018 et début 2019. Au total, l'usage de la voiture dans les déplacements du quotidien a diminué de 4.7% par rapport à 2010. Le chiffre reste néanmoins élevé, s'établissant à 14.8 millions de déplacements quotidiens en voiture. L'étude ne prend par ailleurs pas en compte les trafics de livraison et les trajets de transit de la part des non Franciliens.

Ces chiffres sont d'autant plus parlants que le nombre de déplacements des Franciliens a fortement augmenté, passant de 41 millions en 2010 à 43 millions, soit une hausse de 5%. Une augmentation qui s'explique majoritaire par la croissance de la population. En revanche, à l'échelle individuelle, la mobilité est restée stable: chaque jour, un Francilien réalise en moyenne 3,8 déplacements, parcourt 18 kilomètres et passe 1h30 à se déplacer.

Un bond des transports en commun

En parallèle, les bus, métros, trains ont vu leur usage augmenter de 14%, passant de 8,3 millions à 9,4 millions de trajets journaliers. Celui des mobilités douces est aussi en augmentation, notamment du vélo (+30%). L'EGT dénombre ainsi 840.000 déplacements quotidiens à vélo sur la période étudiée.

La marche reste cependant le premier mode de déplacement avec 17.2 millions de trajets journaliers, un chiffre en hausse de 8%. 

Valérie Pécresse, présidente d'Ile-de-France Mobilités, y voit un des effets de sa politique de transports. "Ces évolutions ont été portées par les investissements massifs que nous avons initiés en 2016 et qui commencent à porter leurs fruits", s'est-elle félicitée dans un communiqué. 

"Ces bons chiffres renforcent ma conviction: la révolution des transports que j’ai engagée à mon arrivée à la tête d’Île-de-France Mobilités doit se poursuivre pour éviter la saturation des transports en commun et amplifier cette transformation des habitudes des Franciliens vers une mobilité plus adaptée aux besoins de chacun et plus respectueuse de l’environnement", a-t-elle poursuivi.

De nouvelles mesures

Valérie Pécresse entend continuer multiplier les mesures pour faire baisser l'usage de la voiture en Ile-de-France. "Entre 2016 et 2021, nous allons renouveler le matériel roulant avec 700 trains neufs ou rénovés et plus de 1000 bus propres. Nous facilitons aussi l’accès aux transports en commun avec le Smart Navigo et développons de nouvelles lignes de banlieue à banlieue", rappelle la présidente de Région. Et de rajouter: "Nous développons enfin de nouvelles solutions de mobilité comme Véligo, un service de location longue durée de vélo à assistance électrique."

Cette enquête, Enquête Globale Transport, sera réalisée de 2018 à 2022 pour connaître les habitudes de déplacement des Franciliens. Les premiers résultats portent sur 3000 ménages, soit 7000 Franciliens, qui ont été interrogés entre janvier 2018 et juin 2019. Cette EGT est pilotée par Île-de-France Mobilités et cofinancée par l’Etat.

Cyrielle Cabot