BFM Business

Emmanuel Macron choisit le DS 7 Crossback comme voiture d’apparat

Le choix du nouveau président de la République s'est porté sur le dernier modèle présenté par la marque haut de gamme de PSA.

Un écho aux modèles en vogue, comme à l'innovation et au luxe à la française, voilà comment peut s'interpréter le choix d'Emmanuel Macron en matière d'automobile ce 14 mai. Le Président de la République a en effet choisi comme voiture d’apparat le DS7 Crossback, le tout dernier modèle de la marque de luxe de PSA.

À l'issue de la cérémonie de son investiture, Emmanuel Macron défilera sur les Champs-Elysées à l'arrière du dernier modèle DS, le "DS7 Crossback présidentiel" comme le nomme le constructeur, dans un coloris Bleu Encre, et doté exceptionnellement d’un toit ouvrant. Il pourra ainsi saluer la foule, une tradition de cette cérémonie, dans ce modèle encore non-commercialisé par DS.

Première apparition sur route du DS7 Crossback

Avec cette distinction présidentielle, le DS7 Crossback bénéficie ici d'une belle campagne médiatique, avant même son arrivée en concession. C’est en effet la toute première fois que DS fait rouler le SUV sur route ouverte, devant le grand public. Depuis sa première présentation fin février, il avait seulement été exposé lors des salons de Genève (Suisse) en mars, puis de Shanghai (Chine) en avril. Le grand public le connait donc peu, les commandes n’ouvriront qu’en octobre, avant de premières livraisons en janvier 2018.

Le DS7 Crossback d’Emmanuel Macron est une version de pré-série, une voiture parmi les toutes premières fabriquées par le constructeur afin de finaliser son processus de production. Le DS7 Crossback sera produit dans l'usine PSA de Mulhouse. Le SUV a ensuite été modifié par l’Atelier DS, une unité dédiée par le constructeur aux commandes spéciales, soit des véhicules inédits, avec des options qui ne sont pas au catalogue.

C'est le cas ici avec le toit ouvrant du DS 7 Crossback, réalisé sur mesure, afin de saluer la foule. L'intérieur est en cuir noir (la spécialité de DS) et les jantes de 20 pouces disposent d'éléments de personnalisation dorés. Ce DS7 Crossback dispose aussi d'une signature "République française", et de porte-drapeau pour accueillir les drapeaux français, comme toute voiture officielle.

Un véhicule à la mode

En choisissant le DS7 Crossback, Emmanuel Macron choisit aussi un véhicule à la mode. Le DS7 Crossback est en effet un SUV (Sport Utility Vehicle), le type de carrosserie le plus demandé actuellement par les clients en France, mais aussi sur l’ensemble des marchés. Ces vrais-faux 4x4 disposent d'un design dynamique et d'une garde au sol comme d'une position de conduite surélevées. Généralisés au milieu des années 2000, dans le sillage des 4x4 premium allemands notamment, les SUV sont devenus indispensables pour séduire les clients, reléguant les monospaces et berlines à coffre à la portion congrue, dans les ventes des constructeurs. Un modèle vendu sur quatre dans le monde en 2016 était en effet un SUV, selon des données du cabinet JATO Dynamics.

Plus petit que l’Espace (20 centimètres de moins en longueur), le DS7 Crossback s’annonce plus nerveux, avec des motorisations qui peuvent grimper jusqu’à 225 chevaux. La version utilisée par Emmanuel Macron dispose d'une motorisation diesel BlueHDi de 180 chevaux.

Le SUV sera aussi l’un des tous premiers véhicules du groupe PSA à embarquer la motorisation hybride rechargeable du groupe (un moteur essence de 200 chevaux et deux moteurs électriques de 90Kw, soit une puissance totale de 300 chevaux). Enfin, DS a mis l'accent sur le travail du cuir dans l'habitacle, et sur les détails, dans le dessin des phares ou de la calandre.

"Le DS 7 CROSSBACK ouvre la seconde génération des modèles DS, marque visionnaire depuis ses débuts. Ce SUV mondial, raffiné et technologique, incarne les savoir-faire français, en associant belles matières, gestes artisanaux et innovations technologiques, expliquait fin février lors de la sortie du DS7 Crossback Yves Bonnefont, directeur général de DS Automobiles. Ses équipements de pointe apportent sérénité dynamique et performances".

Le DS7 Crossback devant le musée du Louvre.
Le DS7 Crossback devant le musée du Louvre. © Media PSA

Dans la lignée de Citroën

Le choix du DS7 Crossback exprime aussi un certain nombre de clins d’œil. Tout d’abord, à François Hollande. L’ancien président fut le premier à choisir un véhicule DS comme véhicule d’apparat, puis comme véhicule officiel, une DS5 avec une motorisation hybride (DS était alors encore sous la houlette de Citroën). Lors de la cérémonie d’investiture, en 2012, il avait salué la foule à travers le toit ouvrant inédit de cette DS5, sous une pluie battante, qui avait abîmé toute la sellerie cuir. RTL indiquait récemment que l'utilisation de la DS5 par François Hollande avait rapporté une dizaine de millions d'euros à Citroën. L'ancien président de la République a d’ailleurs quitté l’Elysée en DS5 ce dimanche.

Autre clin d’œil, le Louvre. Le DS7 Crossback a en effet été pris en photo devant la pyramide du musée, pour sa campagne de lancement. Enfin, le choix de la marque DS rappelle l’histoire des voitures officielles des présidents de la République. Le général de Gaulle avait en effet choisi la DS comme première voiture présidentielle, créant ce lien particulier entre le président et un modèle particulier d’automobile. DS, SM, C6, DS5, Citroën a longtemps fournir les voitures de l’Elysée. DS a repris cette fonction, en devenant en 2014 une marque à part entière, et plus seulement la griffe haut de gamme de Citroën.

>>> Suivez en direct notre live sur la passation de pouvoir entre François Hollande et Emmanuel Macron.

Pauline Ducamp