BFM Auto

Elon Musk veut ajouter des réacteurs écolos au futur Tesla Roadster

Le patron de Tesla a indiqué que sa future voiture haute performance disposera d'une "option SpaceX", ajoutant 10 petits réacteurs d'air pulsé à haute pression autour du véhicule afin d'améliorer ses performances et, pourquoi pas, de lui permettre de s'envoler.

Après avoir envoyé un exemplaire du Roadster première génération dans l'espace, Elon Musk voit déjà sa prochaine voiture haute-performance s'envoler... et sans l'aide d'une fusée.

Ce week-end, le patron de la marque de voitures électriques Tesla et de l'entreprise spécialisée dans les lanceurs spatiaux SpaceX a en effet évoqué une future option assez incroyable pour le Roadster deuxième génération. Pour rappel, ce modèle avait été dévoilé à la surprise générale lors de la présentation du Semi fin 2017. Attendu pour 2020, le Roadster 2.0 doit déjà, dans sa version "de base", effectuer le 0 à 100 km/h en à peine 2 secondes. Mais Elon Musk compte bouleverser un peu plus le marché des supercars, grâce à une option baptisée "SpaceX" qui ajoutera "10 petits réacteurs de fusée positionnés idéalement autour de la voiture".

Ces derniers "amélioreront grandement l'accélération, la vitesse de pointe, le freinage et la tenue de route dans les virages. Peut-être permettront-elles à une Tesla de s'envoler...", écrit le fantasque patron.

En novembre dernier, Elon Musk avait déjà évoqué cette possibilité de voir le Roadster s'envoler. "La technologie des fusées appliquée aux voitures ouvre la voie à des possibilités révolutionnaires", avait-il conclu l'un de ses tweets.

Rassurer les écolos

Il ne s'agit toutefois pas de transformer les Tesla, voitures électriques et donc zéro émission, en fusées ultra-polluantes. Certains fans de la marque avaient déjà réagi négativement aux premières livraisons du fameux lance-flamme commercialisé par Elon Musk pour financer une nouvelle entreprise "The Boring Company". Ils pointent en effet du doigt une certaine incohérence entre les ambitions vertueuses sur le plan environnemental de la marque de voitures électriques et les idées un peu folles (et pas forcément très "green") du patron de Tesla qui n'hésite pas à envoyer des voitures dans l'espace ou vendre un chalumeau pour barbecue au look de lance-flamme.

Mais les futurs propriétaires du Roadster peuvent être rassurés: l'option "SpaceX" ne devrait pas noircir leur bilan carbone. Elon Musk a en effet expliqué que les réacteurs fonctionneront grâce à de l'air projeté à très haute pression. Un compresseur utilisera l'énergie de la batterie pour remplir le réservoir. Un système qui rappelle celui que prévoit l'équipementier Bosch pour ses futures rétrofusées pour motos. A priori toutefois, pas question de mettre en route ces réacteurs en ville, Elon Musk évoquant un bruit incompatible avec un environnement urbain.

Si le projet d'option se confirme (et accessoirement si elle est autorisée par la réglementation), il faudra également renoncer aux places arrière destinées aux enfants sur ce nouveau Roadster: l'emplacement sera occupé par le réservoir d'air sous haute-pression. Si l'idée d'un "Roaster-fusée" paraît à première vue improbable, les nombreux détails donnés par Elon Musk, et son expérience en matière de projets insensés, peuvent tout de même laisser envisager que ce rêve de geek devienne un jour réalité. 

Julien Bonnet