BFM Auto

E85: zoom sur un petit boitier qui peut amener beaucoup d'économies

Payer son plein moitié prix, ne pas payer sa carte grise, et se prémunir de la hausse des taxes sur les carburants jusqu’en 2022, c’est ce que promettent les sociétés qui convertissent les voitures à essence en véhicules au superéthanol E85.

C’est un tout petit boitier pas plus gros qu’un smartphone, mais qui intéresse de plus en plus aussi bien les automobilistes que les garagistes. "Nous en discutons beaucoup, nous allons y passer", nous confie Philippe Debouzy, garagiste en Ile-de-France et vice-président du CNPA.

Depuis novembre 2017, une réglementation autorise en effet l’homologation et la pose par des garagistes agréés de boitiers de conversion E85. En transformant une voiture roulant à l’essence en voiture roulant au superéthanol, des sociétés comme BioMotors ou Flexfuel promettent ainsi des économies substantielles à la pompe. Un litre d’E85 ne coûte que 60 à 70 centimes à la pompe, quand un litre de sans-plomb 95 grimpe à plus d’1,50 euro. Soit un plein pratiquement 50% moins cher.

10 millions de véhicules potentiellement concernés en France

Un boitier de conversion s’installe uniquement sur un véhicule essence. Le décret paru en novembre 2017 les autorise sur les modèles de norme Euro 3, soit commercialisés à partir de 2000, et de moins de 14 CV fiscaux. Exit donc les gros SUV familiaux.

"Au total, 10 millions de véhicules sont concernés, et surtout ce carburant est enfin reconnu officiellement, ce qui permet de modifier la carte grise et de la rendre, selon les régions, totalement gratuite ou à moitié prix", soulignait en décembre dernier dans Le Parisien Nicolas Kurtsoglou, ingénieur responsable carburants au Syndicat national des producteurs d'alcool agricole (SNPAA).

Il y a une quinzaine d’années, des voitures équipées de série de cette technologie Flexfuel étaient commercialisées. Des boîtiers de conversion ont aussi été montés sur des véhicules, discrètement pendant des années, ce qui donne une estimation du parc roulant à l’E85 en France aux environs des 100.000 véhicules, selon l'émission Votre Auto sur RMC.

Une manipulation avant tout électronique

Pour convertir sa voiture, il faut passer par un garagiste agréé. Ce dernier va connecter le boitier sur le calculateur de bord du moteur, après avoir effectué un diagnostic pour s’assurer que ce dernier fonctionne correctement. Le but est que le moteur fonctionne aussi efficacement avec du sans-plomb ou du superéthanol. Ce carburant E85 comprend un peu d’essence, mais surtout jusqu’à 85% d’éthanol, un biocarburant issu de la culture des céréales.

"L’E85 est un très bon carburant, mais uniquement s’il est bien utilisé, expliquait en janvier sur RMC Alexis Landrieux, fondateur de BioMotors. Il n’a pas le même ratio de carburant que l’essence. Ce qui fait la fiabilité d’un véhicule, c’est le mélange que l’on va apporter au moteur entre l’air et le carburant. La voiture est prévue pour consommer l’essence avec un certain ratio en air, l’éthanol a besoin de moins d’air, il va donc falloir ajouter un peu plus de carburant et donc le boitier permettra ainsi la même fiabilité". Comptez une journée au garage pour installer le boitier.

Quelles économies pour quel coût?

"Pour un modèle équipé d’un moteur quatre cylindres récent, qui roule seulement 12.000 kilomètres peut rentabiliser le coût de l’installation en un an", explique Sébastien Le Pollès, président de FlexFuel Energy Development.

L’investissement de départ se montre tout de même substanciel, de 599 euros jusqu’à 1500 euros, selon les types de boitiers (chacun adapté à un type de moteur). Plus les heures de main d’œuvre du garagiste. Cette modification entraîne ensuite une modification de carte grise, pour inscrire la mention "FE" (superéthanol). Passer au superéthanol entraîne aussi une hausse e la consommation du véhicule? Mais même avec une consommaton du véhicule en hausse de 15 à 20%, la différence de prix laisse encore un avantage très important à l'E85 sur le budget carburant annuel d'un automobiliste. 

"En plus de la baisse du coût à la pompe, la carte grise est gratuite dans presque toutes les régions, les taxes n’augmenteront que de 9,5 centimes d’ici à 2022, contre 25 centimes pour le gazole, poursuit Sébastien Le Pollès. Cette solution peut aussi être intéressante pour des professionnels. Comme les véhicules émettront jusqu’à 66% de CO2 en moins, ils pourront pour certains petits utilitaires par exemple être exonérés de la TVS".

La conversion à l’E85 promet en effet une voiture plus respectueuse de l’environnement, mais tout le monde ne semble pas s’accorder sur les chiffres. "En ce qui concerne les émissions, il est difficile de faire ressortir une tendance nette pour les polluants qui dépend des systèmes et des véhicules.

Seuls les niveaux de particules sont améliorés significativement (pour les véhicules les plus récents de niveaux euro 5 et 6), nous explique une ingénieure de l’UTAC-Ceram, l’organisme qui homologue boitier et véhicule en France. Quant au CO2, il diminue en effet jusque 5% sur le cycle d’homologation, en revanche la consommation de carburant va naturellement augmenter (le pouvoir calorifique du E85 étant plus faible que celui de l’essence)". Quatre boîtiers sur les huit attendus ont déjà été homologués.

Pauline Ducamp