BFM Business
2 roues

En juillet, la nouvelle homologation des casques de moto entrera en vigueur

Le fabricant français Shark a mis son casque Spartan à la nouvelle norme

Le fabricant français Shark a mis son casque Spartan à la nouvelle norme - Shark

À compter de juillet 2022, les fabricants ne pourront plus faire homologuer leurs nouveaux casques à la norme 22.05 en vigueur depuis 2007. En 2024, ces derniers ne seront plus commercialisables.

Faudra-t-il changer de casque cette année? La question commence à se propager chez les utilisateurs de deux roues motorisés avec l'entrée en vigueur d'une nouvelle homologation européenne, la "ece 22.06". Pour l'obtenir, des crash tests sont de plus en plus poussés.

La précédente (ece 22.05) qui s'appliquait depuis 2007 ne correspondait plus vraiment aux usages et ne s'étendait pas aux accessoires. Les autorités laissent aux industriels le temps de se préparer. En juillet prochain, ils ne pourront plus faire homologuer leurs nouveaux casques à l'ancienne norme, en juillet 2023 ils ne pourront plus en produire.

Mais depuis 2021, les fabricants se préparent à ces changements. Ils font peu à peu homologuer des modèles à la nouvelle norme avant de l'étendre à l'ensemble de leur gamme. Parmi eux, le français Shark qui effectue peu à peu la transition. Le premier à passer les épreuves de cette nouvelle norme est le modèle Spartan, l'un des fleurons de la marque.

"C'est un passage important d'un point de vue sécuritaire. Les crash tests ont évolué. Les anciens tests se limitaient à vérifier 6 points d'impact à des endroits précis. Désormais, il y en a 18 dont plusieurs sont aléatoires", explique à BFM Business Benoit Lavit, directeur marketing de Shark et designer du Spartan.

Avec cette nouvelle norme, les casques seront frappés à vitesse basse et haute avec des tests d’impacts obliques pour tenir compte de la rotation du cerveau en cas de choc. La visière devra résister à la projection de billes d'acier lancées à près de 216 km/h sans se casser, se déformer et restant attachée au casque.

Pour obtenir une mesure précise de la résistance, un capteur sera installé dans le casque qui devra désormais prouver sa résistance non seulement aux chocs, mais aussi à l'abrasion. Les casques modulables passeront les épreuves en position visière ouverte et fermée.

Les équipements embarqués seront également vérifiés. Les intercoms et les caméras de types GoPro ne doivent pas endommager le casque. Quant aux écrans solaires, ils devront résister aux impacts autant que la visière principale, être moins foncés et offrir un champ de vision d’au moins 105°.

"Les fabricants de casques low cost ne pourront plus biaiser pour être homologués, il va y avoir une chasse aux sorcières", se réjouit Benoit Lavit.

En effet, il sera difficile de proposer des casques à prix plancher au vu des modifications techniques qui devront être apportées aux nouveaux casques. Pour être résistants, la couche de fibre ou de carbone sera plus épaisse et l'intérieur fait avec un matériau plus technique au lieu d'un simple polystyrène qui s'enfonce d'une simple pichenette. Tout cela pourrait aussi avoir une incidence sur les prix.

"En fait ce n'est pas la norme qui fera augmenter les prix, mais les tensions sur les matières premières et le transport. Les coques sont plus résistantes, plus épaisses et donc plus lourdes" explique Benoit Lavit.

Pour réaliser de tels changements, les marques les plus importantes ont donc déjà mis au point des modèles à la nouvelle homologation. Parmi eux, les autres leaders mondiaux comme Shoei avec le NXR2, Arai avec le Quantic ou Schuberth avec le C5. Les autres vont mettre plus de temps à s'y mettre, mais s'y préparent déjà.

"La nouvelle homologation est prévue cette année pour le casque Full Moon lors de la nouvelle production. Le prix va légèrement augmenter, mais on ne l'a pas encore défini précisément", nous a confié une porte-parole de Markö, une marque française.

Mais si les fabricants ont du temps pour se mettre au diapason, les clients aussi. Le temps que la chaine industrielle se mette en place et que les stocks anciens s'épuisent, il faudra attendre janvier 2024 pour que les magasins soient obligés de les vendre. Rappelons qu'il est fortement recommandé de changer de casque tous les 5 ans, même s'il n'a subi aucune chute.

Pascal Samama
https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco