BFM Business

Des contrôles routiers menés par drone dans l'Essonne

Les forces de l'ordre testent dans l'Essonne les contrôles routiers par drone. Une opération menée sur l'A126 mercredi a conduit à la verbalisation de deux fois plus d'infractions que lors d'un contrôle classique.

Des infractions routières captées grâce à un drone. Les forces de l'ordre ont mené ce mercredi une opération de contrôle routier grâce à ce nouvel outil sur l'A126, dans l'Essonne. En quelques secondes, le drone monte à une trentaine de mètres de hauteur, offrant une vue imprenable sur cet axe d'accès à l'A6, connu pour être particulièrement dangereux. Le 24 avril dernier, un motard a été tué sur l'A126 au cours d'un accident. 

Les motards étaient justement dans le viseur des CRS sur le bord de la route ce jour-là. S'ils ne représentent que 2 à 5% du trafic, ils sont impliqués en moyenne dans un accident sur 3 chaque année, selon le dernier bilan de la sécurité routière dans l'Essonne publié début mai. 

Depuis le sol, les forces de l'ordre suivent en direct les images filmées par le drone. Rapidement, des motos en infractions sont repérées. Un motard est par exemple observé franchissant la ligne blanche pour doubler. Quelques mètres plus loin, il est intercepté par une patrouille. Le motard, à qui est signifié qu'il vient d'être contrôlé au moyen d'un drone a un peu du mal à y croire, cherchant le drone des yeux.

"Il prend toute la ligne droite? C'est incroyable cette histoire. Je vais faire attention. Je fais très attention sur cette route-là, la ligne blanche est terrible", reconnaît lui-même le conducteur en infraction. 

Un moyen de preuve grâce aux images enregistrées

Le recours au drone a pour avantage d'être précis et discret pour les autorités, qui au cours de cette opération auront verbalisé une vingtaine de personnes, deux fois plus que lors d'un contrôle classique.

"On est impressionné par la qualité de la définition de l'image, jusqu'à 1 km, explique Jean-Benoît Albertini, préfet de l'Essonne. Ca permet ensuite des interventions, des interpellations par les équipes mobiles, en toute sécurité et avec des moyens de preuve très intéressants puisque les images sont enregistrées."

Depuis quelques années, les drones sont de plus en plus utilisés pour surveiller les routes, notamment lors des grands week-ends de départs en vacances, et présentent une alternative plus pratique et moins chère à la surveillance par hélicoptère. Ce dispositif doit être généralisé à l'ensemble du pays. 

Carole Blanchard avec Barthélémy Bolo