BFM Business

De moins en moins de voitures d'occasion dans les concessions

Prime à la conversion, prix plus réduits, besoin rapide d’une voiture individuelle en période de crise sanitaire, face à une forte demande, l’offre de voitures d’occasions se resserre chez les spécialistes.

Si les ventes de voitures neuves ont baissé de près de 20% en août, en comparaison d'un mois d'août 2019 assez élevé, les achats de voitures d’occasion restent élevés: +17%. A tel point que certains vendeurs spécialisés en ont de moins en moins à proposer en concession ou sur leur site internet.

C’est le cas de La Centrale par exemple qui enregistre aujourd'hui une baisse de 15% des offres par rapport à la période avant covid. Une observation partagée par le site Autoscout24. Chez ce spécialiste de l’occasion présent dans plusieurs pays européens, difficile de trouver des citadines récentes.

Un déstockage grâce à la prime à la conversion

Pour cause, ces véhicules moins polluants sont au même titre que les voitures neuves éligibles à la fameuse prime à la conversion. Sur les 200 000 primes délivrées en juin et juillet, 47% concernent des véhicules d'occasion, selon les chiffres fournis par le ministère de la Transition écologique et solidaire.

La demande s'est donc accentuée sur des modèles déjà fortement recherchés, comme les occasions récentes de moins d'un an ou les modèles essence. D'où la réduction des stocks observée aujourd'hui. Et le fait que les concessionnaires reprennent surtout en ce moment des véhicules bons pour la casse (pour bénéficier de la prime) ne permet pas de renouveler assez rapidement le parc d'occasion.

Avec des stocks en forte réduction, "les Français se tournent vers des offres alternatives avec des véhicules un peu âgés, un peu orientés vers les marques étrangères et une proportion de véhicules à carburations plus Diesel que les mois précédents, explique dans un communiqué Vincent Hancart, Directeur Général d’AutoScout24 France. La filière d’approvisionnement ne fonctionne toujours pas correctement, d’autant plus que le marché du neuf ne semble pas récupérer le retard pris, au contraire".

Ces modèles diesel ou un peu plus âgés sont aussi l'occasion de faire encore des bonnes affaires. "Depuis un an, les diesel étaient délaissés par les acquéreurs, et les prix ont baissé de 5 à 10%, nous explique Vincent Hancart. Ce qui permet de faire de bonnes affaires. Or, sur les véhicules les plus recherchés comme les occasions très récentes, ces bonnes affaires n'existaient plus depuis longtemps".

Un marché de l'occasion qui progresse en août

Cette situation de tension ne se traduit pas encore pour le moment par une hausse des prix, mais souligne la bonne santé de ce marché en 2020, malgré la crise sanitaire. En juillet, le marché de l’occasion avait bondi de 12,3%. Ces bons chiffres se retrouvent aussi en août.

Le marché de la voiture d’occasion a progressé de 17% le mois dernier en France, avec 491.135 véhicules qui ont changé de main, selon des chiffres du spécialiste de la donnée AAA data. Quand une voiture neuve était vendue le mois dernier, presque cinq voitures d’occasion ont changé de main.

"C'est un ratio jamais atteint, résume Vincent Hancart. Et si on enlève les ventes aux entreprises, sur les ventes aux particuliers, ce ratio passe à un véhicule neuf vendu pour dix occasions".
Julien Rizzo, avec Pauline Ducamp