BFM Business

Contrôle technique: des prix modérés en 2019

Conserver des prix modérés sur le contrôle technique, c'est ce que demande le gouvernement aux professionnels.

Conserver des prix modérés sur le contrôle technique, c'est ce que demande le gouvernement aux professionnels. - AFP

C’est en tout cas ce qu’ont assuré les principaux professionnels au gouvernement. La hausse du prix du contrôle technique faisait partie des premières raisons de la colère des gilets jaunes.

Ne pas entamer le pouvoir d’achat des automobilistes, c’est ce qu’a demandé en substance le gouvernement aux professionnels du contrôle technique. Dans le cadre d'un rencontre entre les professionnels et le ministre de la Transition écologique François de Rugy, l'exécutif les a enjoints à "s'attacher à maintenir à un niveau constant les prix pratiqués", a indiqué vendredi dans un communiqué le Conseil national des professionnels de l'automobile (CNPA). Les réseaux de contrôle technique Auto Sécurité, Autosur, Autovision, Sécuritest, Dekra, Norisko et Autocontrol ont donc pris l’engagement de modérer leurs tarifs. Ces entreprises constituent 85,5% des centres de contrôle en France.

Le prix du contrôle fut en effet l’une des raisons du mécontentement des gilets jaunes, avec les prix du carburant à l’automne. L’entrée en vigueur de la nouvelle formule du contrôle technique le 20 mai a entraîné une hausse des tarifs, d'une quinzaine d'euros en moyenne.

L’entrée en vigueur d’une seconde en réforme du contrôle le 1er janvier laissait craindre aux usagers une nouvelle hausse. Ce renforcement du contrôle de pollution des voitures diesel a été repoussée de six mois par le Premier ministre Edouard Philippe dans ces annonces le 4 décembre.

Pauline Ducamp, avec AFP