BFM Business

Confinement: les excès de vitesse en hausse de 12% dans le Rhône, les contrôles routiers renforcés

Malgré le débat sur le passage à 80km/h et les dégradations de radars, 2018 s'impose comme une année historique sur le plan de la sécurité routière.

Malgré le débat sur le passage à 80km/h et les dégradations de radars, 2018 s'impose comme une année historique sur le plan de la sécurité routière. - PASCAL PAVANI / AFP

À l'échelle nationale, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, Laurent Nuñez, affirmait début avril que les délits routiers de grands excès de vitesse avaient augmenté de 16% depuis la mi-mars.

Depuis le début du confinement, les routes sont désertées. Cela a une conséquence: le nombre de grands excès de vitesse a considérablement augmenté. 

Dans le Rhône, alors que les vacances de Pâques démarrent, les contrôles routiers ont ainsi été renforcés. Ils visent à vérifier que les mesures de confinement mais aussi les vitesses autorisées sont respectées.

"On ne veut pas que les gens perdent l'habitude du respect du code de la route. Les mesures spécifiques dues au Covid-19 n'exonèrent pas du respect des limitations de vitesse et des autres règles", rappelle la commissaire Marie Naudin. 

Les grands délits de vitesse en hausse de 12% en Auvergne-Rhône-Alpes

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, les autorités ont observé une augmentation de 12% des grands délits de vitesse, ceux qui dépassent de 50km/h la vitesse maximale autorisée, dans la semaine du 30 mars au 5 avril, par rapport à la période antérieure au confinement. 

"Cela s'explique assez simplement. Les routes sont dégagées, donc les conducteurs ont envie d'aller plus vite", explique Jean-Daniel Montet-Jourdran, directeur du cabinet du préfet de la région.

À l'échelle nationale, le secrétaire d'État auprès du ministre de l’Intérieur, Laurent Nuñez, affirmait début avril que les délits routiers de grands excès de vitesse avaient augmenté de 16% depuis la mi-mars.

Ce vendredi, en une heure et demi, la brigade de la commissaire Marie Naudin a verbalisé quinze automobilistes pour excès de vitesse et deux pour absence de justificatif de sortie.

Des sanctions très élevées

Pour rappel, les sanctions pour ces grands excès de vitesse sont très élevées: perte de six points, amende de 5e classe, soit 1500 euros minimum, avec des peines complémentaires comme la suspension de permis pendant 3 ans, l'obligation de suivre un stage de sécurité routière ou la confiscation du véhicule.

Cyrielle Cabot