BFM Auto

Minimo, le concept de Seat entre Renault Twizy et Autolib’

Seat a présenté ce lundi un concept de mobilité urbaine, le Minimo.

Seat a présenté ce lundi un concept de mobilité urbaine, le Minimo. - Seat

Le constructeur espagnol a dévoilé ce lundi un petit véhicule biplace 100% électrique, développé pour l’autopartage en ville.

Les quadricycles ont le vent en poupe. Après le Citroën Ami One la semaine dernière, voici le Seat Minimo. Dévoilé au Mobile World Congress de Barcelone (Espagne) ce lundi, le véhicule a été pensé pour la mobilité urbaine et connectée.

Il est donc 100% électrique, tout petit avec à peine 2,50 mètres de long, et conçu comme une plateforme qui pourra demain recevoir de nouvelles fonctions, sans forcément passer par la case garage.

2,50 mètres de long, 1,24 mètre de large, le Minimo est dédié aux déplacements urbains.
2,50 mètres de long, 1,24 mètre de large, le Minimo est dédié aux déplacements urbains. © Seat

Un modèle biplace 100% électrique

Au premier coup d’œil, le Minimo rappelle le Twizy. Comme la petite de Renault, ce quadricycle offre deux places l’une derrière l’autre. Changement majeur: le Minimo est doté de portières et vitres, quand le Twizy ne les proposait qu’en option. Ces deux places en enfilade lui permettent de ne mesurer que 1,24 mètre de large, afin de se glisser facilement en ville. 

En longueur, le Minimo prend la taille d’une Smart 1ère génération, avec 2,50 mètres (comme le petit Citroën Ami One). Et comme le concept de mobilité aux chevrons, le Minimo est 100% électrique.

Le siège arrière du véhicule est intégré dans la structure du véhicule, pour offrir plus de place au passager arrière.
Le siège arrière du véhicule est intégré dans la structure du véhicule, pour offrir plus de place au passager arrière. © Seat

Il offrira une autonomie de seulement 100 kilomètres, mais Seat revient à un concept exploré par Renault au tournant des années 2010: l’échange des batteries. Une trappe dans le plancher doit permettre de changer la batterie pour une nouvelle, pleinement rechargée, en seulement quelques minutes. Le constructeur espagnol n’explique cependant ni où, ni comment ce changement s’opère.

Le Minimo dispose de deux portières en élytre, afin de facilement pouvoir se glisser dans l'habitacle.
Le Minimo dispose de deux portières en élytre, afin de facilement pouvoir se glisser dans l'habitacle. © Seat

Le smartphone, clé du véhicule

Pour entrer à bord du véhicule, le conducteur n’aura besoin que de son smartphone. Le Minimo doit en effet faire partie d’une flotte en autopartage. Via Android Auto, le smartphone du conducteur restera connecté au véhicule, et affichera sur l’écran derrière les compteurs les informations de navigation. Google Assistant gérera de son côté toutes les fonctions comme la lecture des sms reçus, ou encore le changement de station de radio.

Seat utilise le smartphone comme lien entre le véhicule et son conducteur.
Seat utilise le smartphone comme lien entre le véhicule et son conducteur. © Seat

Au-delà de la connectivité au smartphone, le Minimo a plus été pensé comme une plateforme évolutive de mobilité que simplement comme un véhicule. Seat affirme ainsi que demain, le Minimo pourra offrir une conduite automome de niveau 4. Il pourra ainsi conduire tout seul, et laisser le conducteur reprendre la main quand il en a l’envie.

Pauline Ducamp