BFM Business

Cette trottinette électrique est aussi semi-autonome

La société chinoise Segway-Ninebot a dévoilé la semaine dernière une trottinette électrique capable de retourner seule à son point de charge. Uber et Lyft seraient intéressés par cet engin.

Une trottinette électrique qui circule seule, sans personne à son guidon, c’est le futur que dessine Segway-Ninebot. La société chinoise a dévoilé la semaine dernière un nouveau modèle de trottinette… "semi-autonome", comme l’explique son patron.

Pour Gao Lufeng, le KickScooter T60 (le nom de ce nouveau modèle à trois roues) pourrait être une solution au business-model peu rentable des flottes de trottinettes électriques en libre-service. "L’un des points sensibles pour les opérateurs de trottinettes est de mieux assurer la maintenance des trottinettes, à un moindre coût", a expliqué Gao Lufeng à l'agence Reuters.

La fin du job de "juicer"?

Aujourd’hui, les opérateurs divergent dans leur stratégie de recharge et de maintenance. Si certaines comme Bird emploient en interne des salariés afin d’entretenir les trottinettes, d’autres ont recours à des "juicers", des particuliers qui rechargent les engins et sont rémunérés à la tâche. Un emploi précaire né avec les services de trottinettes en libre-service.

Pour rejoindre son point de recharge seule, le KickScooter T60 utilisera lui le cloud de l’opérateur pour trouver la station la plus proche et se recharger. Segway-Ninebot espère commercialiser les premiers exemplaires en début d’année prochaine.

Interrogée par Reuters, une porte-parole de Lyft a confirmé que l’opérateur étudiait toujours les nouvelles initiatives, mais n’avait pris aucune décision vis-à-vis d’un possible achat de trottinette à trois roues Segway-Ninebot autonome. Le prix de l’engin a peut-être à voir dans cette décision.

Un modèle bien plus cher que les autres 

La société chinoise a annoncé un tarif de 10.000 yuans, soit environ 1300 euros. Ce modèle incarne le haut de gamme de Segway-Ninebot, qui vend généralement des modèles 10 fois moins chers. L’année dernière, la société a écoulé 1,6 million de trottinettes.

"Je crois que les trottinettes remplaceront les vélos, comme solution principale de micro-mobilité, a confié Gao Lufeng. C’est humain d’économiser de l’énergie dans les déplacements du quotidien".

Une approche qui ne convainc pas forcément les habitants des grandes agglomérations. Selon un sondage YouGov fin juin, repris dans Le Parisien, 51% des Franciliens affirmaient s’être déjà sentis en danger face aux trottinettes électriques. Se posera aussi la question de la réglementation, si des trottinettes semi-autonomes sont mises en service via les services de free-floating. Qui assurera la responsabilité en cas d’accident?

Pauline Ducamp, avec Romain Lima