BFM Business

Ce radar antipollution testé à Marseille peut détecter les émissions de chaque voiture

Ce radar récolte en temps réel les émissions de chaque véhicule. Déjà utilisé à Paris l’an dernier, il doit permettre d’évaluer la pollution à Marseille, dans les Bouches-du-Rhône.

Mesurer la pollution automobile, en évaluant l’impact de chaque véhicule, c’est l’objectif d’un nouveau radar anti-pollution testé cette semaine dans les rues de Marseille (Bouche-du-Rhône). Des ingénieurs d’AtmoSud, une association agréée pour surveiller la qualité de l’air en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, testent ainsi jusque ce samedi un nouveau radar anti-pollution.

Pas de sanction à la clé, mais la volonté de mieux comprendre d’où vient la pollution. L’appareil est constitué d’une caméra et d’un rayon laser. Ce dernier analyse en temps réel les gaz sortant du pot d’échappement du véhicule, tandis que la caméra permet ensuite de remonter les informations sur la voiture.

"De là, nous pourrons remonter à des informations sur le véhicule, comme sa motorisation, essence ou diesel, savoir quels types de véhicule émettent le plus, explique au micro de BFM Arnaud Etienne, ingénieur chargé d’études chez Rincent Air Cap environnement. Nous sommes en conditions réelles, ce ne sont pas les chiffres que donnent les constructeurs automobiles".

Le même dispositif avait déjà été utilisé à Paris l’an dernier par l’ONG ICCT, celle qui avait mise à jour la triche chez Volkswagen, menant au scandale du dieselgate. Les conclusions avaient révélé que les deux-roues polluent souvent plus que les voitures à moteur essence, et que certains diesel récents émettent six fois plus de dioxyde d'azote de que leur norme d'homologation.

"C’est vraiment connaître les émissions in situ des véhicules, et l’intégrer dans les calculs qui permettent de faire de la cartographie, ou de la régulation à l’échelle de la ville, puisque la Métropole Aix-Marseille-Provence lance sa zone à faibles émissions, pour réduire la pollution dans les cœurs de ville", nous confie Dominique Robin, directeur d’AtmoSud.

Un outil pour interdire demain la circulation de certains véhicules au cœur de Marseille? C’est ce que craignent certains automobilistes. "C’est une bonne chose, mais est-ce que par la suite, il n’y aura pas un radar contrôle-sanction?", s’inquiète à notre micro un automobiliste.

Alexis Pluyette, avec Pauline Ducamp