BFM Auto

Ce qu’il faut savoir avant de s’offrir une moto de collection

Avant d'acheter une moto ancienne, mieux vaut prendre des cours de mécanique. C'est un minimum...

Avant d'acheter une moto ancienne, mieux vaut prendre des cours de mécanique. C'est un minimum... - GIOVANNI MAZZUCHELLI / AFP

Les motos anciennes ou vintage attirent de plus en plus de passionnés. Mais attention, avant de céder à la tentation, mieux vaut savoir à quoi l'on s'engage. Quelques conseils pour vous aider.

Les vieilles motos se frayent doucement mais sûrement une place au salon Retromobile, qui se tient à Paris (Porte de Versailles) jusqu'au 10 février. Cette année, Artcurial organise la vente d’une collection MV Agusta. Mais dans les allées, les passionnés de motos vintage découvrent d’autres marques légendaires qui prouvent que la tendance des vieilles motos n’est pas une mode éphémère.

Ils sont de plus en plus nombreux à vouloir en posséder une. Elles sont belles, ont une sonorité incroyable et pour certaines, légendaires. De plus en plus de motards de tous âges rêvent d’enfourcher une moto d’époque. On trouve sans difficulté des motos américaines (Harley), Italiennes (MV Agusta, Ducati, Moto Guzzi), Anglaises (Triumph, BSA, Norton), des allemandes (BMW, Zundapp) des japonaises (Honda, Kawasaki) et même des françaises (Peugeot, Terrot, Monet-Goyon, Gnome & Rhône) à des prix qui semblent accessibles.

Il y en a pour toutes les bourses. Les prix démarrent à mille euros pour dépasser 100.000 euros pour quelques modèles d'exception. En 2016, une Vincent a même été vendue plus de 434.000 dollars aux Etats-Unis lors d'une enchère Bonhams.

Mais attention, le rêve peut vite devenir un cauchemar et les sourires risquent de se transformer en grimaces si l’on ne prend pas quelques précautions. Voici quelques conseils élémentaires qui éviteront peut-être des catastrophes émotionnelle et financière.

L’acheter chez un pro ou un particulier?

Pour faire l’acquisition d’un bijou mécanique, faut-il passer par un particulier ou un professionnel? "Sans véritables connaissances en mécanique, mieux vaut opter pour un professionnel à moins d’avoir dans ses relations un expert disponible", conseille Serge Dumonteil, spécialiste de voitures et motos anciennes. Certes, les prix peuvent sembler plus intéressants chez un particulier qui sera plus ouvert à la négociation, mais la prise de risque est importante.

Moto
Moto © Ann Tornkvist / AFP

Autre option, les ventes aux enchères. Là encore, à moins d’une montée de fièvre acheteuse pour un modèle particulier, les prix peuvent paraître intéressants aux néophytes. "Il ne faut pas oublier les frais qui s’ajoutent à prix d’adjudication (environ 10%), le transport, et le coût du stockage si l’on ne récupère pas son achat rapidement", nous indique cet expert. Enfin, les motos sont vendues "en l’état", un indice qui doit faire comprendre qu’il faut s’attendre à quelques réparations.

Bien vérifier l’état de la machine

Ne vous fiez pas au kilométrage inscrit sur le compteur. Vérifiez plutôt les numéros de cadre et de moteur. S’ils ne correspondent pas, le prix peut chuter. Mais en tout état de cause, tout doit être vérifié: le cadre, le moteur, les roues, les pneumatiques, les câbles, le faisceau électrique, les feux, les freins. Il faut prendre son temps et ne pas hésiter à poser des questions en cas de doutes, et demander les factures d’entretien ou de réparation. Avant de payer le vendeur, il faut estimer la facture finale d’une restauration et le temps qu’elle peut prendre. Certains professionnels vendent en l’état, mais proposent de s’occuper de la remise en marche. Dans ce cas, demander un devis détaillé. Les prix des pièces ou de la main-d’œuvre évoluent selon la marque ou le modèle.

Moto
Moto © Ann Tornkvist / AFP

Mais surtout, ne jamais acheter une moto sans l’avoir essayée, même si le vendeur affirme, comme dans cette annonce, que "cette moto de collection de 1931 à 8000 euros roulait parfaitement il y a 20 ans", avant d’être entreposée à l’abri dans un garage. Demandez au vendeur de la mettre en route. Si ce n’est pas possible, mieux vaut passer son chemin, à moins d’obtenir un prix défiant toute concurrence et de ne pas oublier que la prise de risque est sérieuse. Si beaucoup de problèmes sont réparables, tous ne le sont pas. Cela dépend aussi de la marque et du modèle. La rareté de certaines pièces peut faire vite grimper leur prix.

Avec ou sans carte grise?

"Fuyez ceux qui vendent des motos sans carte grise ou prenez vos responsabilités", prévient Serge Dumonteil. En effet, sans ce document, on ne peut pas savoir l’origine de l’engin. A-t-il été volé? Attention à ne pas devenir receleur malgré soi. Mais parfois, pour les très vieux engins, le document a été perdu. La moto ne pourra pas circuler sur la voie publique, mais vous pourrez l’utiliser dans des espaces privés ou à l’occasion de sorties organisées sur des voies fermées à la circulation lors de manifestions dédiées aux motos de collection.

Prendre son temps

"Le meilleur moment dans l’achat d’une vieille moto, c'est la recherche", estime Serge Dumonteil. En effet, pendant ce moment, il faut prendre le temps de s’informer, de discuter avec des spécialistes lors d’événements, de lire les blogs et d’y poser des questions. Rien ne presse.

Moto
Moto © Jacques Demarthon -AFP

Il faudra aussi apprendre le processus de mise en route lorsque l’on aura trouvé son bonheur. "Une balade en vieille moto ne s’improvise pas, ça se prépare plusieurs jours à l’avance", ajoute ce passionné. Il faut vérifier la batterie, les niveaux, la pression des pneus et l’ensemble des équipements de sécurité (freins, feux…). Et pour partir, préparer les outils nécessaires, au cas où… Rien à voir avec une moto récente qui démarre au quart de tour et qui demande pour tout entretien de remplir le réservoir. Et si la passion vous gagne vraiment, quelques cours de mécaniques ne seront pas superflus.

Pascal Samama