BFM Business

BMW invente la moto qui ne nécessite pas de casque

La selle est directement reliée au cadre de la moto, mais le corps de celle-ci est creux et BMW a fait disparaitre presque tous les câbles et articulations.

La selle est directement reliée au cadre de la moto, mais le corps de celle-ci est creux et BMW a fait disparaitre presque tous les câbles et articulations. - BMW

Le constructeur allemand poursuit les célébrations pour son centième anniversaire avec un prototype de moto, la Motorrad Vision Next 100, qui anticipe les mouvements pour offrir une grande souplesse de pilotage.

BMW dévoile la moto du futur. Et la patience est de mise, car le constructeur ne prévoit pas le lancement d’un modèle de série inspiré du Motorrad Vision Next 100 avant 2030. Avec ce prototype présenté le 11 octobre à Los Angeles (Etats-Unis), le constructeur allemand poursuit les célébrations de son centième anniversaire et inscrit surtout sa division moto dans le XXIe siècle. Si nous sommes ici plus amateurs de modèles à quatre roues, cette moto du futur a de quoi nous séduire.

BMW a tenu à dévoiler cette moto prototype à Los Angeles, pays des grosses cylindrées.
BMW a tenu à dévoiler cette moto prototype à Los Angeles, pays des grosses cylindrées. © BMW

Une moto qui s'équilibre toute seule

"Le marché de la moto aux Etats-Unis est très important. Les citoyens ici adorent les grosses machines", a déclaré Harald Krüger, président du conseil d'administration de BMW lors de la présentation à Los Angeles. Avec la Motorrad Vision Next 100, les Américains vont être servis. Le concept oscille en effet entre la moto du film Tron et une grosse cylindrée américaine, tout en évitant les désagréments d’un gros cube.

Le concept dispose en effet d’un système d’auto-équilibre, grâce à des gyroscopes: à l’arrêt comme en roulant, elle reste sur ses deux roues, sans aide humaine. Résultat: plus besoin de casque et BMW prévoit même des vêtements légers et connectés pour le motard. "Nous ne prévoyons pas de mode autonome pour nos motos", précise cependant à l’AFP Edgar Heinrich, directeur du design chez Motorrad, division de motos de BMW. La moto s'annonce racée et très souple à conduire.

"Nous ne prévoyons pas d'autonomie pour nos motos", précise Edgar Heinrich, directeur du design chez Motorrad, division de motos de BMW.
"Nous ne prévoyons pas d'autonomie pour nos motos", précise Edgar Heinrich, directeur du design chez Motorrad, division de motos de BMW. © BMW

Un design très simple autour d'un grand cadre

Le design, notamment au niveau du cadre triangulaire, rappelle l’une des premières BMW, la R32 de 1923, avec son grand triangle noir sur les flancs. Il masque également toutes les articulations ou plutôt l'absence d'articulations de la moto, qui se veut plus simple à manœuvrer. Baptisé "FlexFrame", ce cadre se déforme, la moto peut alors tourner très facilement. BMW promet en revanche une rigidité à toute épreuve à haute vitesse. Plus de câbles, plus d’affichages analogiques, ne reste sur le cadre qu’un bouton rouge pour débloquer la poignée des gaz. Ses roues gigantesques aident également à asseoir son équilibre.

Les informations techniques de la moto sont affichées sur les lunettes numériques que porte le conducteur. "La moto connaît le tronçon de route en aval grâce à l’interconnexion intégrale avec les données de l’environnement et aux systèmes fonctionnant avec intelligence en arrière-plan. Sur la base de ces informations, le pilote reçoit des indications sur la trajectoire idéale, l’inclinaison en virage ou d’éventuels dangers", poursuit Holger Hampf, responsable design de l’expérience client dans un communiqué de la marque. Le motard peut ainsi se concentrer sur le plaisir de conduite, promet BMW, tout en étant secondé discrètement par sa moto.

Pauline Ducamp, avec Top Gear