BFM Auto

Bientôt des stages plus longs pour les "serial-récupérateurs de points"

28% des personnes réalisant des stages en auraient déjà effectué un auparavant.

28% des personnes réalisant des stages en auraient déjà effectué un auparavant. - AFP

Dès 2019, les personnes ayant déjà suivi deux stages de récupération de points en 5 ans devraient passer trois jours et non plus deux pour retrouver jusqu'à quatre points sur leur permis de conduire.

Empêcher les récidivistes d'infractions de la route de trop profiter du système de récupération de points: c'est l'objectif d'une des mesures annoncées en début d'année par la sécurité routière.

Sensibiliser avant de récupérer

Auditionné au Sénat ce mercredi, Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière est revenu sur cette mesure qui pourrait s'appliquer dès 2019:

"Vous savez qu'il y a des personnes qui gèrent leur permis de conduire en faisant chaque année des stages de sensibilisation à la sécurité routière. Ce nom ne vous dit peut-être rien car ils sont appelés stages de récupération de points, mais ce n'est pas l'objectif."

Pour rappel, les conducteurs disposant d'un permis valide depuis plus de 3 ans peuvent en effet réaliser ce fameux stage de sensibilisation dit volontaire, leur permettant de récupérer jusqu'à 4 points. La participation peut également être proposée par un juge en remplacement d'une sanction. Pour les permis probatoires, un stage obligatoire est nécessaire en cas d'infraction commise ayant entraîné un retrait de 3 points ou plus. 

28% des stagiaires ont déjà récupéré des points

Actuellement, la formation est d'une durée minimale de 14 heures réparties sur deux jours consécutifs et il doit s'écouler un an et un jour entre chaque stage. Mais la sécurité routière pourrait donc prolonger la durée du stage si le conducteur a déjà réalisé deux stages en 5 ans:

"La troisième fois qu'on fait un stage, le stage durera 3 jours et on va créer un module qui est lié à l'addiction", a précisé Emmanuel Barbe devant les sénateurs.

D'après la sécurité routière, 300.000 conducteurs suivent un stage chaque année et 28% en auraient déjà effectué au moins un auparavant. Cette journée supplémentaire de stage pourrait servir l’examen de questions comportementales et psychologiques centrées sur la récidive, précise le dossier de presse du dernier Comité interministériel de la sécurité routière.

Perdre trois jours pour gagner deux minutes

Et comme les infractions pour excès de vitesse sont de loin celles qui entraînent chaque année le plus de retraits de points (11,7 millions de PV rien que pour les excès inférieurs à 20 km/h en 2017), le délégué interministériel a tenu à faire passer le message suivant:

"Personne n'arrivera dans sa vie à gagner, en roulant vite, les 2 ou 3 jours qu'il passera avec nous", a ironisé Emmanuel Barbe.

S'imaginer coincé dans une pièce pendant un tel laps de temps, sans doute un bon moyen de faire ralentir les personnes un peu trop pressées!

Julien Bonnet