BFM Auto

Automobilistes, piétons: pourquoi tout le monde a peur au passage clouté?

Un piéton en train de traverser au rouge à Paris

Un piéton en train de traverser au rouge à Paris - Flickr c.c. jean-louis Zimmermann

Une étude Opinionway menée pour GMF Assurances révèle l’angoisse généralisée qui règne aux abords des passages cloutés. Plus d'un piéton sur deux craint de traverser et trois conducteurs sur quatre ont peur qu’un individu traverse devant eux.

Peur sur la ville... et sur les passages piétons. Une étude Opinionway pour GMF Assurances* révèle qu'il s'agit en effet d'un endroit qui inquiète fortement les différents usagers de la route. 56% des piétons interrogés déclarent ainsi éprouver de l'appréhension lorsqu'ils traversent. A l'intérieur des voitures, on n'est pas non plus très serein: un conducteur sur deux exprime également sa crainte à l'approche d'un passage clouté et ils sont 74% à se dire inquiet de voir une personne traverser devant eux.

Cette crainte traduit une méconnaissance des règles qui s'appliquent aux passages piétons. 23% des sondés déclarent ainsi mal les connaître. Il est pourtant relativement facile de s'y retrouver. Lorsqu'il n'y a pas de feux au niveau du passage clouté, les voitures doivent laisser passer les piétons en situation de s'engager. Lorsqu'il y a un ou des feux, il suffit de suivre la signalisation.

L'exemple du feu orange

Mais parfois, et même avec des feux, cela se complique. Chez les conducteurs, 45% disent hésiter entre accélérer et freiner quand le feu passe à l'orange. Il est vrai que l'arrêt au feu orange est soumis à l'interprétation du conducteur (ce qui induit une certaine marge d'erreur) mais il est conseillé de se préparer à freiner à l'approche d'un feu vert: sous-entendu ne pas appuyer sur l'accélérateur et garder le pied au-dessus du frein. Si le feu passe à l'orange, vous serez ainsi en condition pour vous arrêter. A noter que les radars de feu ne pourront pas vous verbaliser pour un franchissement de feu orange (0 point, amende de 35 euros) mais que, en cas de mauvais timing, vous prenez le risque de passer au rouge -4 points 135 euros). 

De plus en plus de "smombies"

Les piétons ne sont pas non plus exempts de tout reproche: 45% déclarent ainsi qu'ils leur arrivent régulièrement de traverser alors que le feu piéton (le "petit bonhomme") vient de passer au rouge. Autre comportement dangereux et en forte progression, les piétons qui traversent sans regarder et de plus en plus souvent absorbés par l'écran de leur téléphone. En avril dernier, une campagne choc de la sécurité routière visait justement ces étourdis qu'on appelle désormais des "smombies", contraction de smartphone et zombie.

Les "smombies" sont aussi nombreux au volant. En mai dernier, une enquête de la Prévention routière révélait ainsi que 9 Français sur 10 n'hésitaient pas à utiliser leur téléphone lorsqu'ils conduisent. Un chiffre alarmant qui laisse supposer un possible renforcement des sanctions ou une généralisation de la vidéo-verbalisation. D'autant que les nouveaux radars en cours d'installation sont capables de détecter cette infraction de manière automatique. 

Pour sensibiliser sur les différentes infractions commises par tous les usagers de la route (automobilistes, conducteurs de deux roues, cyclistes et piétons), la GMF a mis en ligne cette vidéo à 360°:

*Etude réalisée auprès d'un échantillon de 1016 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Interviews réalisées en ligne les 15 et 16 mars.

Julien Bonnet