BFM Business

Allez-vous craquer pour l'eRockit, une moto électrique "made in Germany"... à pédales?

Une startup berlinoise a créé une moto électrique un peu particulière. Sur une eRockit, le pilote doit pédaler pour atteindre plus de 90 km/h pour circuler sur les voies rapides. Va-t-elle séduire les motards ou les cyclistes?

eRockit est un deux roues hybride, moitié moto, moitié vélo. Conçu par une start-up allemande, il est capable d'atteindre une vitesse de près de 100 km/h. Pour la faire avancer, ne cherchez pas la poignée d'accélération, il n’y en a pas.

À sa place, des pédales qui permettent de gérer la vitesse selon la puissance donnée par le pilote. Elle est dans la catégorie des 125 cc. Pour la piloter, il faut donc posséder au moins un permis moto A1, celui que les détenteurs d'un permis voiture peuvent obtenir après un stage de 7 heures. 

Elle est équipée d'un moteur de 16 kW (22 ch) et sa batterie de 6,6 kWh doit être rechargée 4 heures pour offrir une autonomie de 120 km. Pour développer ses performances, elle a été allégée au maximum (120 kg) grâce à un cadre en carbone et aluminium.

Le projet eRockit ne date pas d'hier. Il a été créé en 2013 par Andreas Zurwehme, Sebastian Bruch et Monika Haupt avant d'être abandonné. Peut-être un peu trop innovant ou trop original à l'époque pour inciter les investisseurs à miser sur ce type d'innovation. Il a été relancé en 2018 avec l'appui de Richard Gaul, un homme d'affaires. Ils ont recruté une équipe composée d'ingénieurs, de logisticiens.

Pour les essais, un pilote professionnel a même été recruté. Surnommé Satu, Sebastian Kopke est un cascadeur qui a plusieurs records de vitesse de moto à son actif. "J'ai tout piloté, mais je n'ai jamais connu un tel mélange d'activité physique similaire au vélo avec cette accélération comparable à une moto", a déclaré ce spécialiste de l'extrême.

L'eRockit semble séduisante, mais elle doit trouver un public parmi les motards, les cyclistes et peut-être les automobilistes. Les premiers seront peut-être frustrés de ne pas aller assez vite. Les seconds vont-ils accepter les contraintes d'usage d'une moto, notamment en terme de circulation et de stationnement? Quant aux automobilistes, seront-ils prêts à dépenser le prix d'une petite voiture?

Car l'obstacle de cette innovation est son prix. Cette moto "made in Germany" de catégorie 125 cc est vendue 11.850 euros, soit le prix d'une grosse cylindrée européenne ou même américaine. C'est aussi celui de la 125 cc de Zero Motorcycles, le leader mondial de la moto électrique et deux fois celui de la Super Socco. Il va falloir convaincre les acheteurs, mais aussi les investisseurs d'accompagner ce projet innovant, mais peut-être encore trop futuriste.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco