BFM Business

Agneta Dahlgren: "L’automobile est le produit le plus riche qui peut exister"

Agneta Dahlgren, directrice du design du segment C et du véhicule électrique de Renault, a été élue Femme de l’année 2016 par un jury de journalistes réuni par l’association Women And Vehicles in Europe (WAVE).

Agneta Dahlgren, directrice du design du segment C et du véhicule électrique de Renault, a été élue Femme de l’année 2016 par un jury de journalistes réuni par l’association Women And Vehicles in Europe (WAVE). - Denis MEUNIER

Agneta Dahlgren, directrice du design du segment C et du véhicule électrique de Renault, a été élue Femme de l’année 2016 par un jury de journalistes (dont nous faisons partie), réuni par l’association Women And Vehicles in Europe (WAVE). Elle revient sur sa vision du design, qu’elle a notamment mis en œuvre sur le dernier Scénic.

Vous avez travaillé au design des dernières Mégane, Scénic, Grand Scénic. Est-ce qu'être une femme change la manière de concevoir une voiture?

Cela n’a pas de sens, il n’y a pas de conception masculine ou féminine. Les regards, les avis, se recoupent entre hommes et femmes, il faut surtout une diversité pour avoir le plus de regards possibles pour élargir le spectre des possibles. Au design de Renault travaillent plus de 30 nationalités différentes, avec des centres de design en Russie, en Inde ou au Brésil, ce qui nous offre encore plus de points de vue.

Aujourd’hui, le sentiment domine que toutes les voitures se ressemblent toutes. Est-on rabat-joie?

Cela a toujours été le cas, à toutes les époques. Les voitures se ressemblent car leur conception découle des contraintes techniques de l’époque, de la réglementation, des tendances. Mais il faut trouver un design différenciant. Renault est une entreprise qui innove beaucoup conceptuellement, pensez à la première Twingo, au premier Espace qui avait un concept très fort. Cela continue aujourd’hui avec le nouveau Scénic.

Les derniers Scénic et Mégane ont été conçus avec Agneta Dahlgren aux commande.
Les derniers Scénic et Mégane ont été conçus avec Agneta Dahlgren aux commande. © Renault - Wave

Comment êtes-vous venue à l’automobile?

J’ai une double formation d’ingénieur et de designer. L’automobile est le produit le plus riche, le plus complexe qui peut exister, avec tellement de paramètres différents à prendre en compte, différentes technologies, la connectivité. Quand on la conçoit, il faut aussi prendre en compte l’expression extérieure du véhicule, la trace que cette voiture va laisser dans l’histoire.

Quelles voitures vous ont particulièrement marqué?

Quand je finissais mes études, j’ai visité le salon automobile de Paris et j’ai été marquée par le concept car Laguna bleu, avec ses touches rouges. Plus jeune, mes parents avaient une Volvo Amazon, puis ils ont eu une P1800ES. Les goûts prennent leur source dans nos émotions, qui viennent souvent de la nostalgie, de notre enfance.

Harald Krüger, le patron de BMW, a dit qu’il y a quelques semaines que l’habitacle pourrait bien devenir primordial dans le choix des clients pour un modèle. Est-ce aussi votre avis?

Avec la voiture autonome, on peut s’attendre à une évolution conceptuelle de l’habitacle. Mais la première rencontre avec une voiture reste l’extérieur. Le design extérieur donne envie d’aller la voir. On trouve aussi des avancées technologiques sur le design extérieur, par exemple dans l’éclairage, qui évoluera beaucoup dans les prochaines années.

Propos recueillis par Pauline Ducamp