BFM Auto

A quoi ressemblera Paris transformé en circuit automobile le 23 avril

Le 23 avril, date du e-Prix de Paris, les Invalides ne seront pas aussi dégagés, et les monoplaces seront bien moins accessibles.

Le 23 avril, date du e-Prix de Paris, les Invalides ne seront pas aussi dégagés, et les monoplaces seront bien moins accessibles. - LIONEL BONAVENTURE / AFPAFP

Le 23 avril aura lieu le premier e-Prix de Paris, en plein cœur de la capitale. Pour accueillir cette septième manche de la saison de Formule E, la formule 1 électrique, les Invalides se transforment en circuit de course.

Monaco, Long Beach ou encore Montréal, toutes ces villes ont l’habitude de prêter leurs chaussées quelques jours par an à des bolides, monoplaces ou voitures de tourisme, pour des compétitions de sport automobile. Mais à Paris, c’est une première. La capitale accueillera samedi 23 avril la septième manche de la saison de Formule E, la formule 1 électrique, autour des Invalides, en plein cœur du septième arrondissement. Alors, ça ressemblera à quoi, Paris transformé en circuit automobile?

En bleu, le tracé du circuit aux Invalides, en jaune l'enceinte du Grand Prix avec le paddock, les stands et la piste, et rouge, les axes fermés à la circulation les vendredi 22 et samedi 23 avril.
En bleu, le tracé du circuit aux Invalides, en jaune l'enceinte du Grand Prix avec le paddock, les stands et la piste, et rouge, les axes fermés à la circulation les vendredi 22 et samedi 23 avril. © Visa ePrix Paris

A un tracé élégant, à la parisienne

Capitale de l’élégance, Paris se devait d’obtenir un tracé à la hauteur de sa réputation. C’est chose faite, avec une piste de 1,93km, dessinée tout autour des Invalides. La coupole dorée, les arbres vert printemps sur l’esplanade, en toile de fond le Grand Palais et le pont Alexandre III, le décor est à la hauteur.

A des pavés, non pas sous la plage, mais sous le bitume

Mais pour que les monoplaces puissent elles aussi profiter du spectacle, il a fallu recouvrir les pavés qui constituent une grande partie de la chaussée autour des Invalides de bitume. Le fond plat des voitures ne mesure en effet que 75 mm, donc les pavés de la plage parisienne empêchaient toute course à 200km/h. Ils ont gagné une couche de bitume de plusieurs centimètres d'épaisseur. Cet enrobé temporaire a été posé il y a déjà dix jours. Une fois la course passée, il sera enlevé et recyclé.

A un village sorti de terre

Autour de cette piste s’élèvent tribunes et palissades pour accueillir environ 15.000 spectateurs, plus la ligne des stands avec les garages des écuries, sur l’avenue du Maréchal Gallieni et le paddock. Au total, 4500 tonnes de matériel sont installées à partir du jeudi 14 avril. 

Alejandro Agag, le patron de la société qui organise le championnat, Formula E Holding, a estimé le 13 janvier lors de la conférence de presse officielle de présentation du Grand Prix que le coût total de la course était de 10 millions d'euros, entièrement pris en charge par sa société.

Aux Invalides fermés à la circulation

Ce village éphémère autour des Invalides et des monoplaces à 200km/h entraîneront une circulation progressivement réduite dans le périmètre. Dès le 14 avril, certains trottoirs des boulevards des Invalides et de la Tour-Maubourg seront réduits pour accueillir tout le matériel.

Sur ces axes, la circulation sera interdite dans l'enceinte générale du circuit à partir du vendredi 22 avril 14 heures et jusqu’au dimanche matin 6 heures, ainsi que sur les axes entre la rue de Bourgogne, le boulevard de la Tour-Maubourg, l’avenue Duquesne et la rue d’Estrées. Le démontage de l'ensemble des installations débutera également dimanche et se poursuivra jusqu'au 29 avril. 

Les premiers essais libres du e-Prix de Paris auront lieu dès 8 heures samedi 23 avril.

P. Ducamp