BFM Business

A Abou Dabi, mieux vaut laver sa voiture, sous peine d’amende

-

- - Image d'illustration - AmyTheNurse -Flickr - CC

Aux Emirats arabes unis, les autorités ne rigolent pas avec la propreté des voitures. S'ils ne sont pas nettoyés, les véhicules sont verbalisés et envoyés en fourrière.

Abou Dabi fait la chasse aux voitures sales. Le quotidien The National rapportait le 2 octobre que la capitale du plus grand émirat des Emirats Arabes Unis a décidé de distribuer des amendes aux propriétaires de voitures sales, couvertes de sable, garées sur les grands parkings de la ville. Selon les autorités, "elles défigurent l’espace public". Une cinquantaine de voitures est ainsi verbalisée chaque mois, souligne un porte-parole de la municipalité. "Si nous constatons qu’un véhicule défigure l’espace public, le véhicule est signalé par une pastille et les propriétaires ont trois jours pour enlever la voiture ou la nettoyer. Sinon, elle est verbalisée et envoyée à la fourrière", poursuit ce porte-parole.

Plus de 700 euros d'amende

Ecrire "sale" sur la carrosserie des voitures ensablées ne fait visiblement pas rire les agents municipaux. Les résidents non plus. Cette chasse à la voiture "cracra" vise en effet surtout les résidents en déplacement long à l’étranger. Ces derniers protestent contre les amendes distribuées, qui peuvent atteindre 3000 dirhams des Emirats... soit 731 euros! "Nous payons déjà pour un parking, nous ne devrions pas être verbalisés", s’indigne un résident indien, Dinesh Srivasta, qui vit à Abu Dhabi depuis cinq ans et interrogé par The National. Certains demandent ainsi au gardien de leur immeuble ou à des voisins de laver régulièrement leur voiture, quand celle-ci est stationnée sur un parking non-couvert.

Pauline Ducamp