BFMTV

Les niveaux de stress des chiens et de leurs maîtres sont synchronisés, selon une étude

Les chercheurs ont constaté un synchronisation des niveaux de stress.

Les chercheurs ont constaté un synchronisation des niveaux de stress. - MAX PIXEL

Une nouvelle étude publiée jeudi montre un lien entre le niveau de cortisol relevé chez les chiens et le niveau de stress de leurs maîtres.

Les scientifiques avaient déjà montré comment un homme pouvait transmettre son stress ou d'autres émotions à un chien lors de courts moments très intenses. Cette fois-ci, les chercheurs de l'université de Linköping, en Suède, ont établi qu'à long terme, le niveau de stress se synchronisait entre les chiens et leurs maîtres, rapporte The Guardian.

"C’est la première fois que nous constatons une synchronisation à long terme des niveaux de stress entre les membres de deux espèces différentes", a indiqué Lina Roth, éthologue, qui a dirigé les travaux publiés jeudi dans Nature's Scientific Reports.

Analyse des taux de cortisol

Pour parvenir à ce résultat, l'équipe a étudié le niveau de cortisol présent dans les poils de 58 chiens – 25 border collies et 33 shetland – pendant plusieurs mois. Cette hormone du stress circule dans le sang et laisse sa marque dans les mèches de cheveux ou de poils, qui deviennent des enregistrements biologiques du stress subi.

"C'est la personnalité du propriétaire qui a influencé le niveau de cortisol dans les poils du chien, plutôt que la personnalité même du chien", explique Lina Roth. "Si le propriétaire est stressé, le chien est également susceptible de refléter ce stress", poursuit-elle. 

"Un soutien social"

Pour déterminer si le mode de vie pouvait avoir un impact sur le stress de ces chiens, la moitié participaient à des entraînements et des compétitions régulièrement. Les autres étaient de simples animaux de compagnie. Les chercheurs ont constaté que dans le premier cas, la corrélation du niveau de stress était plus forte.

"Il se pourrait qu'ils passent plus de temps ensemble et que cet entraînement augmente cette proximité émotionnelle", avance Lina Roth, sans être encore capable d'expliquer quel mécanisme permet d'expliquer ce lien. 

Cependant, les chercheurs mettent en garde contre toute inquiétude excessive sur l'impact de notre personnalité. Les propriétaires qui présentaient des comportements névrotiques avaient tendance à avoir des chiens avec des niveaux de cortisol plus bas. Selon Lina Roth, les personnes névrosées, qui viennent chercher du réconfort auprès de leurs animaux domestiques, ont plus tendance à les caresser et à leur prêter de l'attention. D'où le taux de cortisol réduit chez ces chiens.

"Votre chien est un soutien social pour vous et vous êtes un soutien social pour le chien", conclut la scientifique de l'université de Linköping. 
Benjamin Rieth