BFMTV

Le loup est-il de retour en Bretagne?

Un loup dans le zoo de Bourbansais (illustration).

Un loup dans le zoo de Bourbansais (illustration). - Philippe Huguen / AFP

Le loup ferait son retour en Bretagne, après un siècle d'absence dans la région, selon un photographe animalier.

Il a vu le loup. Ou plutôt, la louve. Une femelle, du côté du lac de Guerlédan, le 8 septembre. Le Télégramme rapporte le témoignage du passionné: "Il était à une trentaine de mètres et on s'est observés pendant plus d'une minute avant qu'il ne disparaisse dans un champ de maïs. Au vu de sa taille, environ 60 centimètres au garrot, il s'agissait sans doute d'une femelle." Cet observateur privilégié, photographe animalier de profession, n'a toutefois pas eu le temps de sortir son appareil photo ou son téléphone portable, relate Ouest France.

Les canis lupus seraient en fait deux. Un mâle et un femelle. L'Observatoire du loup est maintenant sur la piste des canidés: sur les lieux de la furtive rencontre, quelques jours plus tard, des fèces (excréments) ont été retrouvées. Elles contenaient "des poils de chevreuils et des ossements de micro-mammifères", autant d'indices caractéristiques, selon un naturaliste de l'organisme. 

Toujours selon l'Observatoire du loup, "des chasseurs costarmoricains ont retrouvé des carcasses et des hurlements ont été entendus en juillet". 

Toujours pas de reconnaissance officielle en Bretagne

Mais comme le souligne Le Télegramme, l'Office national de la chasse et faune sauvage (ONCFS), seul habilité à reconnaître officiellement la présence du loup dans une zone donnée, refuse pour l'instant de valider la présence de l'animal sauvage en Bretagne. L'Observatoire a tenu à prévenir l'ONCFS et à lui faire part de ses observations. Il attendrait toujours une réponse.

Une campagne de diffusion de hurlements enregistrés ou "hurlements provoqués" organisée par l'Observatoire du loup n'a pas donné de résultats probants. Les sons n'ont pas été entendus par les loups recherchés, mais seulement par les chiens alentour. Les naturalistes en ont conclu que les loups avaient changé de secteur. 

L'ONCFS reconnaît quant à lui la présence du loup dans 35 départements plutôt éloignés de la Bretagne: de la région Grand-Est jusqu'aux aux Pyrénées, en passant par les Vosges et le Massif Central. Si le loup commun ne présente pas de danger réel pour l'homme, il reste "important d'anticiper son installation pour éviter les querelles entre éleveurs, chasseurs et protecteurs de la nature". 

D. N.