BFMTV

La SPA lance une pétition pour interdire la vente d'animaux dans les animaleries

Le président de la SPA Jacques-Charles Fombonne lance une pétition en ligne pour demander au gouvernement "l'interdiction de la vente en animalerie".

Le président de la SPA Jacques-Charles Fombonne lance une pétition en ligne pour demander au gouvernement "l'interdiction de la vente en animalerie". - -

Le président de la SPA Jacques-Charles Fombonne dénonce les abandons fréquents d'animaux achetés de manière "irréfléchie" dans les animaleries ou via des annonces en ligne, notamment sur les réseaux sociaux.

Jacques-Charles Fombonne, président bénévole de la SPA, a lancé une pétition en ligne ce mardi pour demander au gouvernement "l'interdiction de la vente en animalerie".

Dans sa pétition, directement adressée à Emmanuel Macron, le président de la SPA dénonce les abandons fréquents d'animaux achetés de manière "irréfléchie" dans les animaleries ou via des annonces en ligne, notamment sur les réseaux sociaux.

"Les refuges de la SPA subissent chaque jour les conséquences de ces pratiques. En 2019, nous avons recueilli plus de 46.000 animaux", écrit Jacques-Charles Fombonne.

"Un animal de compagnie n'est pas un produit référencé"

Sur un ton ironique mais aussi très agacé, le président de la SPA s'efforce de rappeler que des responsabilités sont à prendre dès lors qu'un animal de compagnie est adopté.

"Un animal de compagnie n’est pas un produit référencé par un code-barre que l’on scanne avant de donner sa carte bleue. Ce n’est pas davantage un objet que l’on stocke et que l’on élimine lorsqu’il est invendu", affirme-t-il.

Réserver la vente aux professionnels

Jacques-Charles Fombonne poursuit ses arguments en précisant que les animaleries ne sont pas des lieux adaptés aux besoins des animaux, d'autant qu'elles sont tenues par des commerçants n'ayant pas l'expérience nécessaire pour s'occuper correctement d'eux.

"Ils sont présentés au public dans des conditions qui ne peuvent correspondre à leurs besoins physiologiques et vendus par des employés qui ne sont que des commerçants, à la différence des éleveurs qui voient naître les animaux qu’ils proposent" ajoute-t-il.

Il propose donc de céder l'unique vente à des éleveurs professionnels. Il justifie cette solution par le fait que les éleveurs "ont vu naître les animaux dans leurs établissements" et qu'ils pourraient "diffuser des annonces en ligne, qui ne pourraient paraître que sur des sites professionnels".

Sur un objectif de 100.000, la pétition a déjà atteint près de 99.500 signatures ce mardi soir.

Shéhérazade Ben Essaid