BFMTV

Eure: quatre lionnes d'un cirque saisies après de mauvais traitements

Les quatre lionnes saisies par la préfecture de l'Eure mardi 7 juillet

Les quatre lionnes saisies par la préfecture de l'Eure mardi 7 juillet - One Voice

Les lionnes en mauvaise santé présentent des plaies, perte de motricité et boiteries. Elles ont été récupérées après une inspection de la préfecture de l'Eure dans un cirque.

"Boiterie, plaies, fonte musculaire, perte de motricité postérieure..." Dans un communiqué publié mardi, l'association de protection des animaux One Voice raconte comment quatre lionnes ont été saisies dans un cirque de l'Eure, sur ordre de la prédecture, après des signalements pour mauvais traitements de ces animaux.

"Les lionnes sont en mauvaise santé"

Hannah, Patty, Céleste et Marli ont été récupérées et sont transférées au refuge d'animaux sauvages Tonga Terre d'Accueil, situé dans la Loire. Ces quatre lionnes ont été saisies à la suite d'une "inspection demandée par la préfecture aux conclusions sans appel sur la condition des fauves", explique One Voice.

Le cirque a été intercepté près de la frontière belge, quelques jours après l'inspection.

"Les lionnes sont en mauvaise santé" et "présentent une note d’état corporel de 2 sur 5, au mieux de 2,5 sur 5", selon les observations de l'association, avec des "boiterie, plaies, fonte musculaire, perte de motricité postérieure..."

Une première dans la saisie d'animaux sauvages

"C’est la toute première fois que des animaux sont saisis d’un cirque à la demande d’une association, pour des seuls faits de mauvais traitements", écrit l'association, qui félicite au passage l'action de la préfecture mais aussi de l’Office Français de la Biodiversité, institutions qui se sont mobilisées sur ce dossier.

C'est déjà dans ce cirque que mi-juin, Jon, un lion affamé, dépourvu de griffes et de dents, avait été récupéré, là aussi avec l'aide de la préfecture. Les quatre lionnes saisies mardi sont ses compagnes, selon One Voice, et vont le rejoindre.

"Aujourd’hui, le sort de Jon et ses compagnes démontre que les cirques ne font pas seulement souffrir les animaux: ils les font aussi mourir", déclare Muriel Arnal, fondatrice de l'association.

L'association critique le manque de contrôle du traitement et de la circulation de ces animaux sauvages dans les cirques en France, et se bat pour l'arrêt de l'exploitation animale. La préfecture a porté plainte contre le cirque pour mauvais traitements contre les quatre lionnes.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV