Santé

"Ils pleurent, se débattent, hurlent": le cri du cœur d'une préparatrice en pharmacie, obligée de tester des dizaines d'enfants

Le
i
La lettre ouverte de Lara publiée le 9 décembre 2021 - Capture d'écran Instagram
Sur Instagram, Lara a tenu à alerter le gouvernement sur les difficultés qu'entraîne le nouveau protocole sanitaire à l'école pour les centres de dépistage contre le Covid-19.
Publicité

"On ne peut pas tester une classe entière à 19h car il y a un cas positif". Dans une lettre ouverte publiée sur Instagram dimanche, Lara (@l_ara_) est venue en quelques lignes décrire les difficultés et la pression que vivent au quotidien les centres de dépistage au Covid-19 depuis la mise en œuvre du nouveau protocole sanitaire en vigueur à l'école. "Aujourd'hui, rien ne va plus", met en garde la jeune femme, préparatrice en pharmacie et réalisant des tests de dépistage.

Ce nouveau protocole, applicable dans les établissements scolaires depuis le retour des vacances de Noël, prévoit de garder les écoles ouvertes. Mais à chaque cas positif au Covid-19 détecté dans une classe, tous les élèves doivent se faire tester à J+0 avec un test PCR ou antigénique, puis à J+2 et J+4 avec un autotest.

Publicité

Une exigence nécessaire au retour en classe, mais qui fait peser une forte pression sur les centres de dépistage, en pleine flambée épidémique. Plus de 296.000 nouveaux cas ont été recensés dimanche. Et entre le 31 décembre et le 6 janvier, 9,5 millions de tests ont été réalisés en France.

Des enfants qui "hurlent à la mort"

Dans sa lettre ouverte, accompagnée d'une photo où elle se montre écouvillon en main, coiffée d'une visière, d'un masque, d'une charlotte et d'une blouse, c'est les difficultés connues face à ce nouveau protocole que Lara évoque. Et notamment celle de tester de jeunes enfants.

"Je suis devenue celle qui fait pleurer les enfants pour les tester coûte que coûte. Les enfants pleurent, se débattent, hurlent à la mort, sont maintenus de force par leur parent, eux aussi, à bout", écrit la jeune femme.

Chez les parents, la volonté de faire tester à tout prix les enfants s'explique par l'incapacité pour certains de les faire garder en cas de test positif. "Parfois, je refuse de tester un enfant dans ces conditions, et c'est alors que le parent me supplie en pleurant de tester et d'infliger cette souffrance à son enfant sinon il ne pourra pas retourner à l'école et le parent doit travailler, donc l'enfant doit aller à l'école le lendemain", détaille Lara.

Les plus jeunes touchés de plein fouet par cette cinquième vague

Relativement épargnés par la pandémie jusque-là, les enfants, en pleine cinquième vague les contaminant plus qu'avant, sont touchés de plein fouet par ses effets délétères. Lara évoque notamment des enfants dont le résultat revient positif, soumis aux reproches de leur parent, estimant qu'ils n'ont pas assez fait attention à l'école.

"Et parfois, les parents me disent: elle va être enfermée dans sa chambre pendant une semaine, les repas seront servis sur un plateau qu'on posera devant sa porte, pas de câlin, pas de bisou jusqu'à qu'elle puisse sortir de l'isolement. Non mais!", s'insurge la jeune femme.

Hausse des violences

Ce témoignage est également une plongée dans la violence verbale à laquelle est soumis le personnel des centres de dépistage. En août déjà, face aux violences, verbales comme physiques, connues par de nombreux professionnels de santé, Olivier Véran, leur ministre de tutelle, leur avait adressé une lettre.

"Ces dernières semaines, alors qu'une nouvelle fois ils répondent présents pour vacciner la population et pour augmenter notre capacité de tests de manière à freiner l'épidémie, plusieurs de nos professionnels ont été lâchement agressés parce qu'ils faisaient leur métier. Je n'accepterai aucune violence, aucune intimidation, aucune atteinte à leur intégrité physique ou à leur outil professionnel", écrivait à l'époque Olivier Véran.

Une situation qui n'a pas évolué pour le mieux, si l'on en croit le témoignage de Lara. La jeune femme écrit: "Parfois je me fais assaillir, insulter des tous les noms, l'impression d'être jetée en pâture aux loups, parce que je dis non. Les patients ne comprennent pas ce non, ben oui partout les politiques disent d'aller en pharmacie se faire tester...".

Face à cette situation, Lara "pleure" quand elle sort du travail. En attendant, elle s'en remet désespérément à l'exécutif. "Allo le gouvernement?????" écrit-elle à la fin de sa publication, qui en moins de 24h a déjà récolté près de 90.000 "j'aime".

Jules Fresard

Top Articles