Lyon

Lyon: environ 300 personnes mobilisées samedi contre le projet de téléphérique

Le
Plusieurs opposants au projet de Télécabine Francheville-Lyon se sont rassemblées samedi place Bellecour pour alerter sur les possibles conséquences, à leurs yeux, d'une telle construction. Avec une présence particulièrement remarquée: celle de Gérard Collomb.
Publicité

Le projet de téléphérique entre Francheville et Lyon, voulu par les écologistes, est loin de faire l'unanimité. L'association Touche pas à mon ciel a organisé samedi après-midi une manifestation place Bellecour. Le but de ce rassemblement était d'informer les habitants sur les potentielles conséquences de la réalisation d'une telle construction.

Un projet jugé incohérent avec les réalités locales

"Le projet du téléphérique, tel qu'il est présenté est totalement inadapté", estime Patrick Romestaing, membre de l'association Touche pas à mon ciel. Comme lui, environ 300 personnes ont manifesté leur désaccord.

Publicité
"Il ne répondra pas à la question posée, c'est à dire désengorger l'Ouest lyonnais. Parce que le Sytral estime que le nombre de personnes transportées sera de 20 à 25.000 par jour alors que la précédente étude qui était il y a deux ans en arrière, donc il y a très peu de temps, estimait que le maximum de voyageurs par jour serait de 4500", détaille Patrick Romestaing.

Pour Florence Guyon Chabre, également membre de l'association, la force des vents n'est pas compatible avec l'installation de ce téléphérique. "C'est un transport qui ne marcherait pas pendant 70 jours par an", soutient-elle, si les vents soufflent entre "50 et 75 km/h".

"Une quarantaine de pylônes à 50m de haut"

La manifestant considère que ce projet est "une aberration" au niveau environnemental.

"Il y a des tracés qui ont été diffusés, des gens qui ont découvert à la veille de Noël que leur maison pouvait potentiellement être détruite. Je trouve ça très maladroit", regrette-t-elle.

Le tracé définitif du projet de téléphérique n'est toujours pas connu. Trois itinéraires sont à l'étude, avec dans tous les cas l'objectif de relier Lyon en 30 minutes depuis Francheville, contre 50 minutes en heure de pointe en voiture. L'association Touche pas à mon ciel avait également lancé une pétition au mois de janvier contre ce projet.

Parmi les participants au rassemblement contre le projet de téléphérique, la présence de l'ancien maire de Lyon Gérard Collomb a été particulièrement remarquée. Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon souhaite que le projet voie le jour en 2025.

Margot Hutton

Top Articles