Auto

Emmanuel Macron écarte le débat sur les 110 km/h sur autoroute

Le
i
Emmanuel Macron préconise de reporter le débat sur la limitation de la vitesse maximale à 110km/h sur autoroute. - BFMTV
Emmanuel Macron a choisi d'écarter trois des 149 propositions de la Convention Climat, dont celle abaissant la vitesse maximale sur autoroute à 110km/h.
Publicité

La question des 110km/h sur autoroute a été écartée ce lundi par Emmanuel Macron. Alors que le Président de la République reçoit ce matin à l’Elysée les 150 membres de la Convention citoyenne sur le climat, Emmanuel Macron a choisi d’écarter trois des 149 propositions retenues par la Convention, dont celle sur la baisse de la vitesse maximale autorisée sur autoroute à 110km/h.

"Jamais la transition écologique ne doit se faire au détriment des communes, des régions qui sont les plus enclavées, c’est pour cela que je crois qu’il faut reporter le débat sur les 110km/h", a justifié le Président.
"J’en comprends l’objectif et vous l’avez redit dans vos propos : pour que ça marche, il ne faut pas stigmatiser les gens, il ne faut pas les diviser, il faut réussir à les embarquer, tous ensemble, a poursuivi Emmanuel Macron. Si nous faisons cela, nos concitoyens qui sont dans les territoires les plus enclavés, qui mettent tous les jours 45 minutes, une heure, par les grands axes pour aller travailler, qui en ont besoin pour retrouver leur famille, dont la vie s’organise par ces transports, vont se dire : ‘Leur projet, il n’y a pas de place pour moi, c’est un projet d’urbain, je n’existe pas’. Ce n’est pas la réponse que vous voulez apporter".

Cette mesure des 110km/h avait suscité la colère des associations d’automobilistes comme d’élus locaux. Les sociétés d’autoroute étaient restées silencieuses sur ce sujet. Cette baisse de la vitesse maximale sur autoroute avait été beaucoup reprise comme l’une des mesures phares de la Convention, mais rappelait la fronde lancée il y a deux ans sur la baisse de la vitesse sur les routes nationales à 80km/h.

Publicité

Cette baisse avait entrainé de nombreuses dégradations de radars et était à l’origine de la crise des gilets jaunes, crise à laquelle la convention citoyenne sur le climat est une réponse. Ce report ne ferme pas tout à fait la porte à une baisse de la vitesse. "Il faut faire maturer ce débat dans la société, celui de la vitesse, a ajouté Emmanuel Macron. Il faut que les gens aient aussi à chaque fois plusieurs options, mais ne donnons jamais le sentiment à certains de nos concitoyens qu’on les culpabilise, qu’on les met à l’écart".

https://twitter.com/PaulineDucamp Pauline Ducamp avec AFP Cheffe de service BFM Auto