En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Manuel Valls au commissariat de Juvisy dans l'Essonne, lundi 10 octobre 2016.
 

Après l'agression de quatre policiers samedi dans l'Essonne, Manuel Valls a nié l'existence de "zones de non-droit". Un argument contesté à droite.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • mirabelle57
    mirabelle57     

    Ce pays est gangréné par toute faune que les gouvernements ont laissé entrer et qui font leur business en toute tranquilité,protégé par une justice des plus clémente,il leur est interdit de tirer de peur de mettre le feu,allez dans certains pays,ces délinquents sont flingués sans état d’ame. Bon débarras.Il ne faut pas oublier que des milliards ont été dépensé, ou est passé cet argent , ces délinquants sont chez eux et le font savoir en tuant.Dans d'autres pays,la police a le droit de répliquer,pourquoi pas en France.

  • beaudolo
    beaudolo     

    Mais toute la France est devnue une zone de non-droit par la faute du laxisme des socialistes!

  • normand
    normand     

    il y a des attaques a ce carrefour depuis 2006 alors que la droite commence par balayer devant sa porte car le coup de karcher promis si il avait ete passe la situation ne seari plus la meme cat prendre en charge un probleme des le debut ou le prendre en charge 6ans aprs nedeamnd e

  • dany-tou
    dany-tou     

    Valls a la vue défaillante et le bon sens en fuite ...

Votre réponse
Postez un commentaire