VI Nations : XV de France, la peur au ventre à Twickenham

Après deux défaites face à l'Italie et au pays de Galles, les Bleus doivent sauver leur honneur face aux Anglais (18h).

Aurélien Brossier avec PTa. et LD
Le 23/02/2013 à 11:16
Mis à jour le 23/02/2013 à 16:05

Cette semaine, Morgan Parra a annoncé la couleur. Aujourd’hui en fin d’après-midi sur la pelouse de Twickenham, le demi d’ouverture et ses partenaires du XV de France devront "éviter de passer pour des cons". Face à une équipe d’Angleterre en quête d’un 28e sacre dans le tournoi des VI Nations, c’est bel et bien leur honneur que joueront les soldats de Philippe Saint-André. Le sélectionneur tricolore ne dit pas autre chose lorsqu’il affirme : "Montrons aux amoureux du rugby qu’on a des valeurs, qu’on relève la tête, qu’on est fier de ce maillot".

Les flamboyants tests-matches du mois de novembre sont déjà bien loin. Les tuiles face à l’Italie (23-18) puis au pays de Galles au Stade de France (16-6) ont plongé les Bleus dans le doute. Une très mauvaise nouvelle à quelques heures du choc face à d’irrésistibles Anglais, impressionnants contre l’Ecosse (38-18), solides en Irlande (6-12). "Il y a de l’excitation, mais aussi un peu de crainte, reconnait d’ailleurs Thierry Dusautoir. Le Crunch est un évènement. Or cette fois, le contexte est un peu particulier avec ces deux défaites. Mais c’est aussi une belle opportunité de montrer notre valeur et ce qu’on a dans le ventre."

Dusautoir : "Une trouille positive"

Pour tenter de retrouver honneur et fierté, Philippe Saint-André a effectué sept changements dans son équipe de départ, plus un repositionnement. Sous la conduite de la charnière mondialiste Parra-Trinh-Duc, les Bleus peuvent-ils éviter le pire ? "Tout le monde pense qu’on va prendre 30 ou 40 points, soupire Mathieu Bastareaud. On laisse parler les gens. On devra se mettre en confiance dès le début parce qu’après, ça peut aller très vite. La première fois que j’ai joué à Twickenham, on en a pris 40 (la France avait perdu en réalité 34-12)." Twickenham ferait-il si peur que ça aux Tricolores ?

"C’est un temple du rugby, acquiesce Thierry Dusautoir. Peu de joueurs français ont réussi à gagner ici. Ce serait bien d’en faire partie demain soir. On a toujours envie de se sublimer quand on joue le Crunch. Je dirais donc que c’est une trouille positive." Et Bastareaud d’ajouter : "Même quand tu as l’impression d’accrocher les Anglais… tu perds."

Enrayer la spirale de la défaite, l’équipe de France sait le faire. Sa longue et riche histoire démontre que c’est au pied de la montagne qu’elle est la plus redoutable. Du coup, en dépit d’une cuillère de bois qui planera forcément au-dessus de Twickenham à l’heure du coup d’envoi, il n’est pas irréaliste de penser que ces Bleus-là créeront l’exploit outre-Manche.

Toute l'actu Sport

La question du jour

Etes-vous pour l'instauration d'un forfait aéroport pour les taxis?