VI Nations : le Crunch Angleterre-France pour sauver le Tournoi

Après deux piteuses défaites et autant de prestations indigentes pour lancer leur Tournoi, en Italie (23-18) puis contre le pays de Galles (6-16), les hommes de Philippe Saint-André font face à l’annuel défi les opposant à l’ennemi juré.

AH avec LD et AA
Le 20/02/2013 à 10:52
Mis à jour le 20/02/2013 à 11:08

Un Crunch croqué à pleines dents et ça repart ? La formule publicitaire d’une célèbre barre chocolatée pourrait presque servir de credo au XV de France en perspective de son match contre l’Angleterre, ce samedi à Twickenham (18 heures). Après deux piteuses défaites et autant de prestations indigentes pour lancer leur Tournoi, en Italie (23-18) puis contre le pays de Galles (6-16), les hommes de Philippe Saint-André font face à l’annuel défi  les opposant à l’ennemi juré, cette perfide Albion contre laquelle le plaisir de gagner (comme la frustration de la défaite) est supérieur à celui ressenti contre n’importe quel autre adversaire.

D’où la question : une victoire de prestige à Twickenham permettrait-elle de sauver le Tournoi tricolore ? Le sélectionneur français a abondé dans ce sens ces derniers jours. Et ses joueurs ne sont pas loin de le suivre, même s’ils apportent quelques nuances. "Si on gagne à Twickenham, tout dépendra aussi de la fin du Tournoi, explique Vincent Clerc. En tout cas, un succès relancerait le Tournoi d’une belle façon pour nous. Cela n’effacerait pas ce qui s’est passé avant, et je crois qu’il n’y a pas besoin non plus de l’effacer, mais elle nous permettrait de rentrer dans une autre dynamique."

A l’heure de livrer son avis, Frédéric Michalak préfère voir au-delà d’une éventuelle victoire : "Il faut surtout penser à réaliser un bon match là-bas. Après, bien sûr, gagner serait énorme, ce serait la cerise sur le gâteau. Mais on va quand même jouer une très belle équipe, l’une des meilleures au niveau mondial actuellement, et on a beaucoup de respect pour eux. Nous, on va déjà essayer de se retrouver sur des choses simples, de reproduire en match les mouvements que l’on travaille toute la semaine à l’entraînement. On va y aller avec le cœur, défendre nos couleurs et j’espère que ça va sourire pour nous."

Chabal pas convaincu par l'obligation de gagner

Du côté des observateurs, c’est vers le passé que l’on se tourne pour espérer voir les Bleus rebondir de façon positive. "Il suffit de prendre l’exemple de la dernière Coupe du monde, lance Pierre Berbizier, ancien capitaine et sélectionneur du XV de France. Notre équipe avait connu une première phase difficile mais en battant les Anglais en quart, ça leur a permis de relancer leur Coupe du monde et très certainement d’aller en finale." Consultant dans le Moscato Show sur RMC, Sébastien Chabal, lui, ne voit même pas la victoire comme un Graal essentiel à conquérir.

Pour le célèbre barbu, l’important, c’est d’abord de se retrouver. "Nous n’avons rien à perdre, au contraire d’eux, juge l’ancien international. Mais notre objectif, c’est de remettre notre rugby dans le bon sens, de retrouver notre défense agressive, de reconstruire notre jeu. Après, ça gagnera ou ça perdra, mais aujourd’hui, je crois que ça n’a pas beaucoup d’importance. Il faut surtout remettre de la cohérence dans le jeu que l’on veut pratiquer. Bien sûr, si tu gagnes, ça va remettre de l’entrain, car travailler dans la victoire, c’est toujours mieux. Et gagner chez les Anglais, c’est toujours beaucoup mieux." On ne se refait pas…

>> Toute l'actualité sportive sur RMC Sport

Toute l'actu Sport

La question du jour

Etes-vous prêt à acheter certains médicaments hors des pharmacies ?