Taxe à 75% annulée : le foot français soulagé pour ses millions

La taxation à 75% des très hauts revenus, voulue par le gouvernement socialiste, a été retoquée par le Conseil constitutionnel, ce samedi. Un soulagement pour le football français, qui craignait pour ses millions.

RMC Sport
Le 29/12/2012 à 21:04
Mis à jour le 29/12/2012 à 21:05
Zlatan Ibrahimovic (AFP)

Ils peuvent respirer. Pousser un grand ouf de soulagement. Apeurés depuis des mois par la promesse de campagne de François Hollande sur la taxe à 75% de la tranche de revenus supérieurs à un million d’euros, les footballeurs évoluant dans l’Hexagone ne devraient pas voir leur cauchemar se matérialiser.

Pas tout de suite, en tout cas. Car cette mesure exceptionnelle prévue dans le budget 2013, appelée "contribution exceptionnelle de solidarité" et devant s’appliquer pendant deux ans, a été annulée ce samedi par le Conseil constitutionnel, qui l’a jugée non-conforme à la Constitution car "assise sur les revenus de chaque personne physique" alors que l’impôt sur le revenu est prélevé "par foyer".

Inquiétudes depuis la campagne présidentielle

Saisis par les parlementaires UMP, les sages ont jugé que cette taxe rompait l’égalité des contribuables devant l’impôt (un ménage dont chaque membre perçoit 900 000 euros annuels en aurait été exempté, un autre dont un seul des membres toucherait 1,2 million serait touché).

De quoi réjouir le monde du football, qui s’était insurgé contre cette mesure lors de son annonce en pleine campagne présidentielle. Les patrons de clubs redoutaient de ne plus pouvoir être concurrentiels sur le marché. Les joueurs, eux, craignaient pour leur porte-monnaie, certains souhaitant même signer une clause obligeant leur club à payer le différentiel en cas d’application de cette taxe.

De retour sous une autre forme ?

Alors, forcément, aujourd’hui, tout ce beau monde respire un peu mieux. Et ne se gêne pas pour donner son avis sur la décision du Conseil constitutionnel.

"C’est une bonne nouvelle pour les joueurs mais aussi pour tout le foot français", indique Philippe Piat, le président de l’UNFP, le syndicat des joueurs professionnels. "C’est surtout un soulagement pour le championnat car cette taxe aurait empêché les joueurs étrangers de venir le renforcer et incité les joueurs français de qualité à partir pour de nouveaux cieux. Lorsque cette loi était en gestation, on avait calculé l’incidence pour les joueurs en fonction de leur salaire et on leur avait communiqué ce que cela risquait de leur coûter". 

Même son de cloche du côté des agents. "C’est une bonne nouvelle", indique Bruno Satin. "Cela ne va pas nous pénaliser plus que d’autres championnats. Cette taxe forçait un exode de nos bons joueurs et risquait d’empêcher la venue de certains. Les joueurs sont déjà de très forts contributeurs, et on a besoin de gens comme eux qui paient beaucoup d’impôts, mais là on les faisait fuir".

Et d'expliquer : "Il faut, au contraire, trouver des solutions pour qu’ils restent. Pour certains joueurs, dont les revenus auraient pu baisser de 20 à 30%, il fallait réfléchir à partir à l’étranger. Même si ce n’était pas généralisé, il y avait une prise de conscience globale".

"Faire en sorte de garder les talents en France"

Et Jean-Pierre Louvel, président de l’UCPF (union des clubs professionnels), d’appuyer : "Cette mesure n’était pas bonne pour le fooball, c’était la fuite des talents assurée à partir de la saison prochaine. C’est donc plutôt une bonne nouvelle. Notre souci est de faire en sorte de pouvoir garder les talents en France, qu’ils puissent s’y exprimer et apporter à l’économie de notre pays. Tout ce qui ira à l’encontre de cette idée sera forcément négatif pour nous".
"Nous sommes pour le redressement économique et la solidarité, et le foot y participe, mais il ne faut pas que ce soit au détriment de notre filière qui représente 25000 emplois en France", poursuit-il.

"On ne veut pas perdre les talents et le voir partir à l’étranger. Les joueurs n’avaient pas encore compris que la mesure d’origine serait applicable en mars 2013 mais les clubs, eux, avaient compris les risques encourus. Seul le PSG était en mesure de compenser ces pertes. Aucun autre club ne pouvait assurer la différence fiscale. Mais il faut attendre de voir comment les choses vont se dérouler. On sera vigilants".

Jean-Pierre Louvel reste nuancé. Car l’homme a compris que le football ne devait peut-être pas se réjouir trop vite. Cette mesure très symbolique (elle devait toucher environ 1500 personnes) retoquée, Jean-Marc Ayrault a en effet vite réagi en annonçant, pour la prochaine loi de finance, un "dispositif nouveau conforme aux principes posés par la décision du Conseil constitutionnel".
Le spectre des 75% n’a peut-être pas fini de venir embêter nos chers amis footballeurs.

Les bons plans avec iGraal

Code promo Zalando
Vos baskets de sport à petit prix
Code promo Spartoo
Economisez sur vos tenues de sport
Code promo 3 Suisses
Surfez sur les tendances shopping
Code promo La Redoute
Accessoires sportifs pour toute la famille
La question du jour

Si cela était possible, seriez-vous prêt à habiter sur une autre planète?