Procès Puerto : Manzano, le cycliste qui "ne voulait pas mourir"

Jesus Manzano, ancien coureur de l'équipe espagnole Kelme entre 2000 et 2003, raconte un système de dopage rôdé, où la peur d'être dénigré puis jeté à la porte constitue le meilleur allié du silence généralisé.

S. A. avec AFP
Le 13/02/2013 à 17:13
Mis à jour le 13/02/2013 à 18:46
Poches de sang saisies chez le docteur Fuentes par la Guardia Civil espagnole  (BFMTV)

"On m'a obligé à me doper. Si je ne prenais pas les médicaments qu'on me donnait à l'époque, on me mettait à la porte de suite." Le témoignage de l'Espagnol Jesus Manzano, coureur cycliste chez Kelme entre 2000 et 2003, était l'un des plus attendus du procès Puerto. Appelé à la barre mercredi, il a affirmé à plusieurs reprises au cours de sa comparution comme partie civile que le dopage était rès réglementé dans sa formation cycliste. Le tout sur fond de chantage et de pression sur les mauvais camarades.

"Si je parlais à cette époque, je me retrouvais à la rue et toute l'équipe allait en prison. Je ne voulais pas leur créer de problèmes", a assuré celui par qui le scandale est arrivé. Le docteur Fuentes et quatre autres personnes sont aujourd'hui poursuivis pour délit contre la santé publique pour avoir organisé un réseau de dopage sanguin.

Inimitiés, menaces et cocaïne

S’il a décidé de tout lâcher au journal espagnol AS, en 2004, "c'était pour [lui] et pour faire le ménage dans le cyclisme". L'ex-coureur, aujourd'hui âgé de 35 ans, a expliqué qu’"il y aurait pu y avoir un mort", durant la période où Eufemiano Fuentes, principal accusé de l'affaire Puerto était médecin-chef de Kelme (entre 2001 et 2003). Lui affirme avoir "failli mourir deux fois" et pense qu’il n’atteindra "pas 50 ans".

A l'époque, ces révélations avaient valu à Jesus Manzano beaucoup d'inimitiés dans le peloton. Plusieurs fois menacé de mort, accusé de consommer de la cocaïne, le cycliste avait été traité d'affabulateur avant que ses révélations ne soient confirmées deux ans plus tard par l'opération Puerto, lancée par la Guardia civil.

Mais le sort s'acharne sur Jesus Manzano. Le médecin espagnol Francisco Aguanell, chargé de présenter son rapport médical devant la Cour de Madrid, est décédé d'un arrêt cardiaque mardi. Il devait présenter mercredi un rapport médical détaillant les problèmes de santé de l'ancien coureur. Le document sera néanmoins présenté aux juges et commenté par un second médecin.

L'absence des "quelques footballeurs"

Jesus Manzano est le seul sportif à avoir publiquement qualifié de dangereuses les transfusions sanguines du docteur Fuentes et de ses acolytes. Ce mercredi devant la Cour, il a expliqué que "le sang circulait dans des briques de vin". 

"Sur la poche de sang que l'on m'a injectée en 2003 [L'année du Tour de France  où il fera un malaise, NDLR], il n'y avait pas marqué Manzano et il n'y avait pas eu de vérification. Ce pouvait tout aussi bien être la poche de sang de machin-truc", avait ainsi expliqué l'ex-coureur cycliste à AS en 2004.

Il a revanche refusé de livrer les noms des personnes qu’il croisait dans le cabinet du docteur Fuentes. Et notamment les "quelques joueurs de football" dont il avait évoqué la présence en 2004.

Toute l'actu Sport

La question du jour

Avez-vous fait de bonnes affaires pendant les soldes?