Oscar Pistorius, un champion dans la tourmente

Le coureur Oscar Pistorius a été arrêté pour avoir tué par erreur sa petite-amie dans la nuit de mercredi à jeudi à Pretoria, en Afrique du sud. Retour sur un parcours hors-normes.

A.K. avec AFP et Fabien Lefort (RMC Sport)
Le 14/02/2013 à 12:33
Mis à jour le 14/02/2013 à 15:25

Oscar Pistorius dans les pages des faits divers. Le champion paralympique sud-africain a été arrêté jeudi matin, après avoir tiré "par erreur" sur sa petite amie, la prenant pour un voleur.

Pistorius, c'est l'histoire d'un parcours hors du commun. Né à Johannesbourg en novembre 1986, il naît sans péronés, et est amputé des jambes à l’âge de 11 mois. Qu’importe : il se met au sport, en essaie plusieurs avant de se mettre à la course à 16 ans.

Dès ses premiers tours de piste, il bat des records. Rapidement au-dessus du lot chez les paralympiques (six médailles d'or au total entre 2004 et 2012), il veut se frotter aux valides. Mais il doit livrer un long combat, en piste et hors piste, pour arriver à ses fins, sur fond de guerre d'experts sur ses prothèses de course.

Le choucou des médias

Doué d’une volonté à toute épreuve, Pistorious met les bouchées doubles et devient le premier athlète handicapé à courir avec les valides aux mondiaux de Saegu, en Corée du sud, où il gagne une médaille d'argent au relaix 4x400 mètres. Aux JO de Londres, il atteint les demi-finales du 400 mètres et la finale du 4x400 mètres.

Sourire charmeur, affable, il est devenu en quelques années le chouchou des médias et une véritable star du sport, et pas seulement du handisport, surnommée "Blade Runner" (le coureur aux lames), en raison de ses jambes mi-humaines, mi-artificielles. Accro à l'adrénaline, il est également passionné de moto et de bateau.

Trois armes dans sa chambre

Mais derrière son image de héros, se cache une autre réalité. Très célèbre en Afrique du sud, Pistorius craignait pour sa sécurité. Les violences sont fréquentes dans le pays, et, selon la BBC, plus de 2,5 millions de personnes possèdent une arme.

C'était le cas du champion, qui vivait dans une résidence ultrasécurisée à Pretoria. Le Daily Mail révèle qu'il avait, rien que dans sa chambre à coucher, une batte de criquet, une batte de baseball et un pistolet.

La question du jour

Fruits et légumes: êtes-vous prêt à payer plus cher pour avoir plus de goût?