Italie-France : surfer sur la performance espagnole

Séduisante face à l'Espagne en octobre(1-1), l'équipe de France passe un nouveau test en novembre contre l'Italie à Parme (20h45).

LP avec JS et JRe
Le 14/11/2012 à 16:40
Mis à jour le 14/11/2012 à 17:46

Luigi Di Biagio. La barre transversale de Saint-Denis en 1998. Sylvain Wiltord et David Trezeguet. Le champagne rebouché à Rotterdam en 2000. Zinedine Zidane. La panenka et le coup de tête en 2006. Français et Italiens ont vécu trop d’émotions, dont celles-ci, en 36 affrontements, pour que le stade Ennio-Tardini de Parme soit le lieu d’un simple match amical ce mercredi soir (20h50). Entre eux, "ce n’est jamais amical" estime même Alain Boghossian, l’ancien joueur et ex-entraîneur adjoint des Bleus. L’enjeu rehausse d’ailleurs encore l’intérêt de cette dernière rencontre de l’année. Un enjeu non comptable, pour une fois, pour les Bleus. Une question de confirmation. Confirmer que la seconde période impressionnante à Madrid le mois dernier, face à l’ogre espagnol (1-1), n’était pas un mirage.

Plutôt une base de travail, un repère qu’il convient désormais de ne plus perdre des yeux. En Espagne, les Bleus de Didier Deschamps ont montré de l’envie, de l’allant, de l’espoir et une force collective prometteuse. "Il faut capitaliser, prévient le sélectionneur, alors que le seul capital à accroître sera celui de la confiance. Dans les intentions, la détermination, je souhaite qu’on fasse le meilleur match possible. Il y a eu beaucoup de bonnes choses après le match contre l’Espagne. Il faut avoir de la continuité, même si ce n’est pas la même équipe. L’investissement des joueurs doit être important voire total pour aller chercher le meilleur résultat possible." Gagner à Parme, face au finaliste de l’Euro 2012, signifierait que l’équipe de France passe un cap.

Deschamps : "C'est un match amical mais le résultat sera important"

Gagner à Parme, contre la jeune classe italienne emmenée par l’extravagant et néanmoins très talentueux Mario Balotelli, voudrait également dire que l’année 2012 se referme sur un sentiment de renouveau. Gagner à Parme, de ce côté des Alpes où Didier Deschamps est un exemple respecté, permettrait aussi d’ouvrir l’exercice 2013 avec optimisme. Un optimisme mesuré puisque seule la qualification pour la Coupe du monde 2014 comblera vraiment les Bleus et les supporters. "C’est l’objectif", rappelle Patrice Evra, qui connaît peut-être autant l’Italie que son sélectionneur, pour avoir débuté sa carrière dans de modestes clubs transalpins, Marsala et Monza. De Manchester, il n’a pas vu la France du foot célébrer avec fierté le point décroché à Madrid. Mais il a parfaitement conscience de l’attente suscitée.

"Moi, je suis à l’étranger, je n’ai pas vu les retombées en France, explique-t-il. Mais je pense que les Français étaient fiers de nous. Et surtout, moi, je retiens la réaction des joueurs dans le vestiaire. On a tout donné. Mais le plus dur reste à venir. On ne peut pas faire une prestation comme ça et retomber dans nos travers. Il ne faut pas s’arrêter là." Avec la défaite contre le Japon (0-1) et le nul en Espagne (1-1), la France a chuté de cinq places au classement FIFA. Sa 18e place, entre l’Equateur et l’Algérie, n’est pas très flatteuse. "C’est un match amical mais le résultat sera important" synthétise Didier Deschamps. Pour plusieurs raisons. Continuité, rivalité, compétitivité. Et puis comme les Bleus n’ont remporté qu’une seule de leurs cinq dernières sorties de fin d’année, le rendez-vous de Parme n’est décidément pas à négliger…

>> Toutes les infos sur les Bleus sur RMC Sport

Les bons plans avec iGraal

Code promo Zalando
Vos baskets de sport à petit prix
Code promo Spartoo
Economisez sur vos tenues de sport
Code promo 3 Suisses
Surfez sur les tendances shopping
Code promo La Redoute
Accessoires sportifs pour toute la famille
La question du jour

Etes-vous pour l'instauration d'un forfait aéroport pour les taxis?