Grosjean : « Les Japonais sont des fous ! »

Pas mécontent d’avoir quitté la Corée du sud en début de semaine, Romain Grosjean goûte avec plaisir l’engouement des Japonais pour la Formule 1. Mais le pilote Lotus reste focalisé sur le Grand Prix de dimanche.

Propos recueillis par Antoine Arlot à Suzuka
Le 10/10/2013 à 18:34
Romain Grosjean

Romain, une semaine après votre 3e place en Corée du sud, on imagine que vous êtes très motivé pour briller au Japon et sur un tracé que vous affectionnez particulièrement ?

Ce n’est pas un circuit facile. Il demande beaucoup à la voiture et au pilote au niveau des réglages. C’est certainement l’un des plus beaux de la saison mais aussi l’un des plus compliqués. On a une très bonne base avec la voiture qui a très bien fonctionné en Corée. On va continuer notre travail ici et repartir sur ce qu’on sait faire. On va essayer de s’améliorer au fil des séances d’essais pour aller chercher le meilleur résultat en course.

Comme Sebastian Vettel fonce vers le titre de champion du monde, certains pilotes semblent un peu démotivés. Rassurez-nous, ce n'est pas votre cas...

En effet, ce n’est pas mon cas du tout mon cas. Peut-être que Sebastian ira chercher son titre dimanche mais moi, j’ai envie de gagner des courses. C’est pour ça que je vais travailler et que je suis là.

Parlez-nous de l'atmosphère ici au Japon...

Ce sont des fous mais dans le bon sens du terme. Il y a énormément de passion chez les fans japonais. Ils ont une culture de la F1, ils ont des bibelots, des casquettes, des coques de téléphones qu’on ne connaissait même pas ! Ils veulent les signatures de tout le monde, des mécaniciens, des physio, des pilotes, des ingénieurs… C’est parfois un peu épique d’accéder au circuit ou même à l’hôtel. Mais d’un autre côté, on est jeudi et les tribunes sont pleines. C’est extraordinaire de voir ça. Après la course, ils la regardent à nouveau sur les écrans géants. Le lundi, il y a encore quelque chose qui se passe ici après les Grands Prix. Voir autant d’amour et de passion pour la F1 pour nous qui sommes des passionnés, c’est beau.

Qu'avez-vous fait depuis le GP de Corée ?

Nous sommes partis lundi matin. Je suis arrivé directement à Tokyo où je me suis promené, j’ai découvert la ville. J’ai fait un peu d’entraînement et mercredi soir, on a pris la direction de Suzuka qui est à deux heures de train et une heure de voiture.

Ne vous sentez-pas plus proche que jamais d

???C’est sûr. Ce week-end, on va essayer de gagner la course. On verra ce qu’il est possible de faire avec notre matériel. Je vais donner le meilleur de moi-même. Quand on attend un bébé, on connaît plus ou moins la date d’arrivée. La première victoire est en revanche plus inconnue.

A lire aussi :

Tambay : « Vettel est son seul ennemi »

GP de Corée du Sud : Grosjean avait un adversaire caché

Le classement du championnat du monde

Toute l'actu Sport

La question du jour

Consultez-vous les prévisions de trafic avant de prendre la route des vacances?