Dopage - John Fahey : "Il y a du dopage dans tous les sports"

Lance Armstrong, l'UI et même Michel Platini... Pour John Fahey, le président de l'Agence mondiale antidopage, le monde du sport doit plus que jamais s'emparer du fléau du dopage. Entretien.

Propos recueillis par Louis Chenaille et Georges Quirino
Le 12/11/2012 à 21:22

J. Fahey : "Armstrong n'a aucun honneur"


Qu'avez-vous pensez de la photo de Lance Armstrong postée sur son compte Twitter, posant devant ses 7 maillots jaunes ?

Je n’ai pas vu la photo. Mais il doit être sous influence pour encore croire qu’il y a encore quelqu’un dans ce monde qui a le moindre respect pour lui. Il a volé ses titres. Les maillots jaunes qu’il affiche ne signifient rien du tout. Ils n’ont plus aucune valeur. Cela ne représente aucun honneur de la part d’un homme qui n’en a pas. Je suis très déçu de sa part. Il était le cycliste le plus titré de l’histoire. Personnellement, je suis un amoureux du sport. J’aime mes héros dans le sport. Armstrong en faisait partie. Désormais, il n'est rien d’autre qu’un tricheur. Je ne suis pas énervé mais fier qu’il ait été attrapé.

L'Union cycliste internationale (UCI) a demandé au président du Tribunal arbitral du sport (TAS) de l'aider à choisir les membres du comité chargé d'enquêter sur l'intégrité de la fédération internationale dans l'affaire Lance Armstrong. Avez-vous toujours confiance en l'UCI ?

Je ne suis pas sûr. Et je pense que personne n’est encore sûr d’avoir confiance en l’UCI. Ils ont expliqué ce qu’ils voulaient faire. Mais on ne sait pas encore ce qu’ils vont faire parce que rien n’a vraiment été décidé. Je vais observer tout ça avec intérêt. Mais j’ai de l’espoir. J’espère que ce qu’ils disent est sincère. C’est un sport qui a des millions de fans à travers le monde. Mais ce sport peut mourir si l’instance ne fait rien pour changer les choses. Ils ont là une chance extraordinaire de ne pas tomber de la falaise.

"Nous sommes régulièrement informés de situations suspectes"

Vous vous êtes récemment déclaré intéressé par une amnistie générale pour les sportifs coupables de dopage. C'est une vraie réflexion ?

Il a été question de beaucoup de choses dans la presse. Il y a eu beaucoup de spéculations. Mais ce que prévoit le Code mondial antidopage, c’est une réduction de peine pour tous ceux qui acceptent de témoigner. Dans le cas de l’affaire Armstrong, les peines des témoins ont été réduites à 6 mois. Cela concerne de nombreuses personnes. Plus les athlètes seront d’accord pour avouer, plus vite on arrivera à éradiquer le problème du dopage.

L'AMA aimerait-elle avoir plus de pouvoir pour, par exemple, mener elle-même ses propres investigations ?

Oui, on doit avoir cette possibilité. Chaque année, nous sommes informés de situations suspectes. Nous alertons les fédérations internationales. Régulièrement, elles nous disent qu’elles ne peuvent rien faire. Dans ces cas-là, on veut être en capacité de leur dire : "Ok, c’est nous qui allons nous en occuper !" Fin 2013, nous souhaitons inclure ça dans le futur code antidopage. Je suis plutôt confiant.

"Il y a du dopage dans tous les sports"

Le président de l'UEFA, Michel Platini, a récemment déclaré qu'il n'y avait pas de dopage dans le football. Ces déclarations vous ont-elles surpris ?

Il y a du dopage dans tous les sports. Certains font plus que d’autres pour essayer de trouver les tricheurs. Je ne nommerai personne. De la même façon, certains pays font plus que d’autres. Certaines agences antidopage sont également plus efficaces que d’autres. Mais nous pouvons encore améliorer les choses. Aucun sport n’est protégé contre le dopage. Pareil pour le football. Mais si j’étais dirigeant d’une fédération internationale de sport, je ne me risquerais pas à affirmer qu’il n’y a pas de dopage dans mon sport. Car le prochain Lance Armstrong pourrait apparaître dans n’importe quelle discipline.

Certains joueurs de tennis comme Roger Federer, Novak Djokovic ou Andy Murray demandent plus de contrôles antidopage ...

Je suis enchanté de voir que des stars mondiales du tennis appellent à plus de contrôles antidopage. Je ne veux pas montrer du doigt le tennis qui est fortement impliqué dans la lutte. Mais c’est un vrai plus d’avoir des athlètes qui s’expriment en faveur de l’antidopage. Ils nous aident dans notre travail d’une certaine façon.

Toute l'actu Sport

La question du jour

Cure d'économies: le gel du point d'indice des fonctionnaires est-il justifié?