Castres frustre encore Toulon

Comme lors de la finale du Top 14, les retrouvailles entre Castres et Toulon, ce samedi lors de la 6e journée, ont tourné à l’avantage des Tarnais (22-15). Le CO confirmant son statut de bête noire pour des Toulonnais contraints de se consoler avec le bonus défensif.

A.D avec L.D
Le 14/09/2013 à 23:37

Top 14 / Castres persiste et signe - 14/09


Ils avaient parlé de revanche toute la semaine. De réaction d’orgueil face à un adversaire qui les avait privés d’un doublé H-Cup-Top 14 que le microcosme du ballon ovale tricolore leur annonçait. Mais de revanche, il n’y en a point eu pour Toulon ce samedi. Invité dans le Tarn pour y défier le Castres Olympique, le club entraîné par Bernard Laporte n’a, une nouvelle fois, pas réussi à hausser le ton face aux champions de France en titre (22-15).

Car une fois que le CO a mis la main sur la partie, après une petite passe d’armes entre Wilkinson et Kockott face aux poteaux, il ne les a plus jamais rendus. L’essai transformé de Mach (37e) allait sonner le glas des ambitions toulonnaises, pourtant encore au contact à la pause (13-9). La faute à un Rory Kockott de gala. Le demi de mêlée sud-africain n’a pas failli face aux poteaux au moment opportun, contrairement à « Wilko » (15e, 70e). « Ça se joue sur des détails, insistait à l’issue du match l’entraîneur des avants varois Jacques Delmas. On a senti qu’on était capable de les basculer mais il nous a manqué ce petit quelque chose aujourd’hui. »

Comme un buteur plus tueur. Ou un petit Kockott dans l’escarcelle. « Ils ont la chance d’avoir Rory Kockott qui, encore une fois,  fait un très grand match, poursuit Delmas. C’est un "match-winner ". Il manque la pénalité de 50 mètres, on lui remet le ballon dans les mains et il nous met un drop. Il leur sauve un ballon. C’est le joueur qui permet quelque fois à Castres de gagner. Tant mieux pour eux. »

Bruno : « On a du mal contre Castres »

Tant mieux pour un CO qui ne voulait pas manquer ce gros choc de début de saison. A la grande joie de Rémi Talès. « C’était le premier gros test et on a répondu présent, savoure l’ouvreur tarnais. On a les quatre points de la victoire, donc on est vraiment content. J’espère que ça va continuer. C’est vrai qu’on vient de remporter trois matches consécutifs contre eux. On est très content. Mais de là à être la bête noire, on ne va pas s’enflammer non plus. » Alors comment faut-il appeler ce Castres Olympique qui n’en finit plus de contrarier les plans toulonnais ? Que le RCT n’a plus battu ces cinq dernières saisons (un nul et quatre défaites) ?

Si Jacques Delmas, comme les Tarnais, refuse de leur attribuer cette étiquette, Sébastien Bruno se veut moins catégorique. « C’est vrai qu’on a du mal contre cette équipe de Castres, souligne le talonneur du RCT. Je crois que le meilleur résultat en  cinq ans, c’est un match nul. On a du mal à jouer contre cette équipe, c’est un peu le chat et la souris. Beaucoup de chandelles et de jeu d’occupation. L’équipe qui fait le plus de fautes perd. Aujourd’hui on a encore perdu. Leur buteur est à 90% je crois, il a tout mis à part un poteau, donc c’était compliqué de gagner. » Comme à chaque fois depuis cinq ans.

Toute l'actu Sport

La question du jour

Comprenez-vous que la mairie du 6e arrondissement à Paris veuille "évincer systématiquement" les Roms?