Armstrong, au centre d'une enquête américaine

L'ancien coureur cycliste Lance Armstrong est actuellement au centre d'une enquête fédérale américaine pour obstruction à la justice, subornation de témoins et intimidation, a rapporté ABC News.

G.M. (RMC Sport)
Le 06/02/2013 à 21:44
Mis à jour le 06/02/2013 à 21:47
Armstrong, au centre d'une enquête américaine pour obstruction à la justice (RMC SPORT)

7 jours BFM - Armstrong, les aveux 20/01


Selon une enquête d’opinion relayée par le magazine américain Forbes, Lance Armstrong est le sportif le plus détesté des Etats-Unis. L’ancien cycliste ne jouit que de 15% de popularité auprès du public.

Avec Armstrong, on n’est plus à un mensonge près. Après avoir nié s’être dopé tout au long de sa carrière, c’est au tour de la justice américaine de verser dans le bobard assumé quand il s’agit d’évoquer le sujet qui fâche. De bonne guerre, finalement, après tant d’années de dénégation de la part du Texan.

Une enquête pour obstruction à la justice

Mercredi, le procureur Andre Birotte a en effet déclaré que la justice américaine ne prévoyait pas de poursuivre le vainqueur déchu de 7 Tours de France, malgré ses aveux de dopage dans le show d’Oprah Winfrey. "Nous avons bien sûr conscience des récentes déclarations faites par Lance Armstrong, mais je n'ai pas changé de point de vue pour le moment, a-t-il déclaré. Nous confirmons notre décision prise dans ce dossier il y a un peu plus d'un an." Et d’ajouter, tel un message subliminal : "Clairement, nous allons continuer à surveiller la situation."

Plus que jamais suspendu à vie

Quelques heures plus tard, ABC News révélait qu’en réalité, la justice américaine n’entendait effectivement pas lâcher le morceau. Selon une source anonyme, le plus grand tricheur de l’histoire du sport est sous le coup d’une enquête criminelle. "Les agents fédéraux enquêtent activement pour obstruction à la justice, subornation de témoins et intimidation." Une révélation qui, si elle s’avérait vraie, changerait radicalement la donne.

Par ailleurs, Lance Armstrong n’a pas daigné honorer le rendez-vous fixé au plus tard le 6 février par l’USADA et son big boss, Travis Tygart. Sportivement, le Texan peut faire une croix sur la poursuite de sa carrière en triathlon ou course à pied puisqu’un éventuel allégement de sa suspension à vie de toute compétition était conditionné à cette rencontre avec l’agence antidopage américaine. Après les succès frelatés, Armstrong aura désormais tout le loisir de comptabiliser les échecs en cascade.

Toute l'actu Sport

La question du jour

Faut-il permettre l'ouverture de tous les magasins le dimanche?