Armstrong aurait voulu faire un don à l'Usada

Lance Armstrong, déchu de ses victoires dans le Tour de France pour cause de dopage, aurait tenté en 2004 de faire une donation de 250.000 dollars à l'Agence américaine antidopage.

C.P. avec AFP
Le 09/01/2013 à 8:10
Mis à jour le 09/01/2013 à 8:25
Armstrong aurait voulu faire un don de 250.000 dollars en 2004 à l'Usada (RMC SPORT)

Armstrong va t-il avouer s'être dopé ?


Lance Armstrong, déchu de ses sept victoires dans le Tour de France pour cause de dopage, aurait tenté en 2004 de faire une donation de l'ordre de 250.000 dollars (191.000 euros) à l'Agence américaine antidopage (Usada), a assuré mercredi le directeur de l'Usada Travis Tygart.

>> Lire aussi - Dopage : Lance Armstrong penserait à passer aux aveux

Lors du programme télévisé 60 minutes, Tygart a confié sa "stupéfaction" lorsque l'un des représentants du coureur texan a proposé de faire un important don à l'Usada.

"J'étais estomaqué. C'était un véritable confit d'intérêt pour l'Usada. Nous avons aussitôt rejeté l'offre", a-t-il dit. Interrogé sur un montant avoisinant les 250.000 dollars, Tygart a répondu que "c'était dans cette fourchette".

Armstrong nie en bloc

La chaîne de télévision a fait circuler ces déclarations dans un communiqué de presse mardi avant la diffusion de l'interview de Tygart. Cet homme, considéré comme le nouveau chevalier blanc de la lutte antidopage, avait déjà dénoncé une donation d'Armstrong de 100.000 dollars à l'Union cycliste internationale (UCI).

L'avocat d'Armstrong a nié la véracité de cette dernière révélation."Rien n'est vrai dans cette histoire", a déclaré Herman au journal USA Today. "C'est la première fois que Lance entend ça. Il n'a jamais fait un tel don ou une telle tentative", a-t-il poursuivi.

C'est l'enquête conduite par l'Usada qui avait conduit l'UCI à bannir Armstrong du palmarès du Tour de France, une épreuve qu'il avait remportée 7 fois, de 1999 à 2005.

>> Lire aussi : Armstrong déchu de ses sept Tours de France

Toute l'actu Sport

La question du jour

Les manifestations en France peuvent-elles peser sur le conflit au Proche-Orient?