Le voisin qui sent mauvais, le pire cauchemar du bureau

Selon un sondage TNS Sofres, ce que redoutent le plus les salariés, c'est d'avoir un voisin de bureau avec des soucis d'hygiène.

L. B. avec AFP
Le 21/02/2013 à 9:16
 (Hibino - Flickr)

Pour les salariés qui travaillent dans un bureau, le pire cauchemar est d'avoir un voisin de travail ayant des soucis d'hygiène, devant un collègue geignard ou ayant la langue trop bien pendue, selon un sondage TNS Sofres rendu public jeudi.

Selon cette enquête, 32% des salariés craignent d'abord les problèmes d'hygiène, 29% un voisin qui se plaint et 11% un collègue trop bavard.

Ils sont également 9% à redouter celui qui parle trop fort au téléphone, qui étale sa vie personnelle (8%), qui raconte des blagues nulles toute la journée (4%) ou qui essaye de devenir leur ami (4%).

Le sondage nous apprend également qu'en arrivant au bureau, les salariés, après avoir dit bonjour à tout le monde dans leur service (94%), sont aussi nombreux à prendre un café avec leurs collègues (73%) et à les écouter raconter leur soirée de la veille (58%). Ils sont aussi 12% à avoir pour habitude de démarrer la journée... en lisant leur horoscope.

Une réunion sur deux inutile

La vie de bureau débouche aussi sur des histoires d'amitié pour 60% des sondés, voire d'amour pour 12% qui disent avoir vécu une histoire avec un collègue. Le sondage souligne également que 68% des salariés de bureau considèrent que l'ambiance est "aux éclats de rire".

En ce qui concerne le travail lui-même, 65% estiment qu'une réunion sur deux n'est pas utile et 44% reconnaissent avoir déjà saisi cette occasion pour faire autre chose. Dans l'ordre, ils évoquent le fait de piquer un fou rire, préparer la réunion suivante, regarder discrètement ses mails ou encore de piquer une petite sieste.

Ce sondage, réalisé pour le distributeur de mobilier et fournitures de bureau Bruneau, a été mené sur internet du 16 au 23 janvier auprès d'un échantillon représentatif de 600 salariés travaillant dans un bureau, selon la méthode des quotas.

La question du jour

Consultez-vous les prévisions de trafic avant de prendre la route des vacances?