En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Femme qui téléphone avec un smartphone
 

164 femmes confrontées à des violences conjugales sont actuellement dotées de téléphones "grave danger" en France métropolitaine, a-t-on appris ce mercredi lors de la signature au Tribunal de Grande Instance de Nanterre d'une convention relative au déploiement de ce dispositif de téléprotection dans les Hauts-de-Seine.

Accordé pour une durée de six mois par un magistrat après évaluation du degré de danger encouru par la victime de violences, ce téléphone d'alerte préprogrammé permet de garantir à la victime une "intervention immédiate de la police", a expliqué le procureur de la République de Nanterre Catherine Denis.

Ce dispositif fait partie des mesures prioritaires du 4e plan interministériel de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
Votre réponse
Postez un commentaire