En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le 36 quai des Orfèvres est secoué par un scandale grave.
 

Le patron de la police judiciaire parisienne estime qu'au-delà de l'enquête sur le viol présumé, la question du maintien des policiers, actuellement suspendus, se pose.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

40 opinions
  • boris2749
    boris2749     

    Le fait de boire avec excès dans un lieu public (pour un policier) est une faute personnelle double : l'ivresse publique - infraction - et l'absence de dignité - faute disciplinaire -. Le fait d'introduire de l'alcool dans un service de police quelconque est une faute disciplinaire et le boire en constitue une autre. Là encore le policier se départit de sa dignité et une autre faute disciplinaire est commise (dans ce cas elle est la continuité de la première situation). L'autre partie les met en cause dans une affaire criminelle - selon le code pénal le viol est un crime - vrai ou faux peu importe pour le moment. Cette affaire entache gravement l'honneur du 36, des policiers y travaillant et celui de la Police Nationale. La hiérarchie policière se devait de réagir vite. c'est fait avec les moyens habituels : la suspension avec salaire et à la suite de cette suspension les concernés seront changés de service de police., autrement dit il s'agit d'une mutation disciplinaire. Bien entendu la révocation pourra intervenir plus tard.

  • boris2749
    boris2749     

    En France, la présomption d'innocence existe pour tout le monde. A trop lire ce qui se passe en amérique certains ne savent plus dans quel pays, quelle société ils vivent.

  • boris2749
    boris2749     

    Encore une fois la démagogie frappe, ce n'est pas étonnant. Il est écrit que ces policiers ne peuvent rester à la PJ. Il n'est pas écrit qu'ils étaient virés, révoqués de la Police Nationale, mais l’honnêteté intellectuelle n'est pas le fort de beaucoup. Ils ont juste besoin de dénigrer.

  • boris2749
    boris2749     

    Dignité : Attitude empreinte de réserve, de gravité, inspirée par la noblesse des sentiments ou par le désir de respectabilité ; sentiment que quelqu'un a de sa valeur (Larousse)

  • boris2749
    boris2749     

    Intègre : grande honnêteté

  • boris2749
    boris2749     

    Code de déontologie de la Police Nationale, article 7 : Le fonctionnaire de la police nationale est loyal envers les institutions républicaines. Il est intègre et impartial ; il ne se départit de sa dignité en aucune circonstance.

  • boris2749
    boris2749     

    Encore une fois la démagogie frappe, ce n'est pas étonnant. Il est écrit que ces policiers ne peuvent rester à la PJ. Il n'est pas écrit qu'ils étaient virés, révoqués de la Police Nationale, mais l’honnêteté intellectuelle n'est pas le fort de beaucoup. Ils ont juste besoin de dénigrer.

  • Manhattan25
    Manhattan25     

    Pourquoi ,n'y a t-il pas eu de Confrontation entre la "Victime" et la Police ?

  • Pourlesenfantsdelan Deuxmille
    Pourlesenfantsdelan Deuxmille     

    Dans les locaux de la police
    et en + à quatre
    et en + une femme alcoolisée
    et en + une femme droguée
    et en + des représentants de l'ordre assermentés
    Ils étaient peut-être en + en tenue

    Peut--elle être considérée comme consentante alors
    qu'elle aurait été ivre et droguée,
    dans les locaux de la police ?
    avec 3 témoins ?

    Elle s'est manifestée puisqu'elle a porté plainte mais elle ne souhaite certainement pas faire la une des journaux en France, et cela on ne peut pas lui reprocher.
    Il y a des preuve puisque au moins l'un d'eux a reconnu l'acte sexuel.

    On n'abuse pas d'un être humain en état d'ébriété ou drogué d'autant plus quand on est sensé représenter l'ordre et la loi.
    De + les locaux de la république ne sont pas des lupanars.

    Mais il ne faut pas généraliser beaucoup de policiers luttent contre cela, l'abus sexuel après la prise de boissons droguées dans les boites de nuit. Ainsi que de l'abus de pouvoir lorsque les panoplies de certains leur montent à la tête.

    Le jugement n'est pas rendu et en ce qui me concerne ce n'est pas un jugement que je porte, je constate les faits.

    Ne m'en voulez pas mais je suis femme et mère.

  • rebelle80
    rebelle80     

    Pourquoi la torontoise ne se manifeste t'elle pas ? elle repart le matin de la confrontation, le soir de l'affaire, elle était sous stups et alcoolisée .... Posez vous la question, à savoir, n'y a t'il pas eu de relations sexuelles entre adultes consentant ? Pour l'instant, il n'y a toujours aucune preuve ! donc, attendez avant de porter des jugements sans savoir .... Merci .

Lire la suite des opinions (40)

Votre réponse
Postez un commentaire